Les Français demandent à leurs maires d’agir en priorité pour la transition écologique

Élus

Selon un récent sondage, la transition écologique constitue la priorité n° 1 partagée par les nouveaux maires et leurs administrés.

À l’occasion du Salon des maires et des collectivités locales, dont une édition digitale s’est tenue du 24 au 26 novembre 2020, Odoxa et Leyton-CTR ont présenté le premier « Baromètre de la transition écologique ». Cet « état des lieux dans les territoires » révèle que la transition écologique est un sujet de consensus entre les élus locaux et leurs administrés. Ainsi, les deux tiers des Français la placent en tête de leurs priorités pour l’action municipale, quand la quasi-totalité (94 %) des maires affirme qu’elle sera la priorité de leur mandat.

Les élus s’estiment d’ailleurs plutôt dans le bon timing concernant la transition écologique : ils sont autant à se considérer en avance (28 %) qu’en retard (27 %), 45 % ni en avance ni en retard. Dans le détail, les maires voient leurs villes en avance en matière de préservation de la biodiversité, de sensibilisation des habitants et de réduction des déchets, et assument un retard sur les énergies renouvelables. À l’inverse, les Français sont quatre fois plus nombreux à considérer que leur ville est en retard (33 %) plutôt qu’en avance (9 %) en matière de transition écologique.

Les maires vont devoir faire preuve de pédagogie et de conviction vis-à-vis de leurs administrés. En effet, 6 Français sur 10 (61 %) se disent mal informés sur l’action de leurs maires en matière de transition écologique. Et plus de la moitié (53 %) ne sont pas satisfaits des actions déjà mises en place dans leur commune en faveur de l’environnement. Il faudra ensuite s’entendre pour l’avenir. Les priorités pour demain divergent : les maires se préparent à tout miser sur le développement des pistes cyclables… alors que c’est la dernière attente de leurs administrés !

Enfin, les maires se tournent vers l’État. 44 % des élus locaux considèrent que leur commune n’est pas bien accompagnée pour savoir comment bénéficier des aides financières. Ils sont autant (45 %) à estimer que les aides proposées par l’État ne sont pas assez incitatives. Au final, près des deux tiers (63 %) des maires jugent que ces aides ne sont pas suffisantes pour mettre en œuvre la transition écologique.

Posté le par

Recommander cet article