Le secteur de l’économie sociale et solidaire réclame le soutien des futurs conseils régionaux

Emploi

Aide aux entreprises solidaires, aux recycleries ou aux coopératives bio, création d’emplois aidés pour les jeunes qualifiés : les conseils régionaux et départementaux qui sortiront des urnes en juin devraient soutenir plus largement l’économie sociale et solidaire (ESS), ont plaidé le 22 avril 2021 les employeurs du secteur.

« Ces élections sont un enjeu important pour nous. Nous voulons peser dans le débat public, car nous considérons que nous représentons une des réponses à la crise », a expliqué lors d’un point presse Hugues Vidor, le président de l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (Udes).

Ce secteur, qui « pèse » plus de 10 % des emplois en France, « vise à promouvoir des formes d’entreprises qui privilégient le service rendu avant le profit », explique l’organisation professionnelle.

En interpellant les candidats aux scrutins locaux de juin, les associations, coopératives, mutuelles, fondations et autres entreprises sociales et solidaires espèrent convaincre que l’échelon départemental ou régional est pertinent pour développer des « emplois non délocalisables », qui « participent activement à la cohésion sociale et territoriale ».

Les futurs conseils régionaux pourraient notamment mettre en place un dispositif visant à créer 25 000 « emplois boost » pour des jeunes qualifiés, sur des projets « utiles », par exemple dans le soutien aux personnes âgées ou handicapées, l’éducation populaire, le recyclage, a détaillé M. Vidor.

Ces emplois, qui bénéficieraient d’une subvention dégressive (à hauteur de 75 % la première année, puis 50 % l’année suivante et enfin 25 %), coûteraient aux collectivités 750 millions d’euros sur trois ans, selon les calculs de l’Udes.

Ce dispositif serait utile aux jeunes qualifiés qui cherchent un premier emploi mais ne font pas partie du public ciblé par les « parcours emploi compétences », destinés aux plus éloignés de l’emploi, fait valoir l’organisation professionnelle.

L’Udes demande également aux futurs conseils régionaux de développer la place de l’ESS dans les marchés publics régionaux « pour tout ce qui a trait aux circuits courts, à l’alimentation, à la santé, au numérique », et de développer les aides à la création d’entreprises ou d’associations « sur les filières du recyclage, du réemploi et du bio ».

Concernant la crise du Covid-19, le soutien à l’ESS faciliterait la « relocalisation dans les territoires des chaînes de fabrication de masques » et autres équipements de protection, selon l’Udes.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2021

Posté le par

Recommander cet article