Marilyse Lebranchu assure que « la page de la RGPP est tournée »

Fonction publique

La ministre de la Fonction publique a assuré jeudi 28 juin que la page de la RGPP, qui s’est notamment traduite par le non remplacement d’un départ sur deux, était « tournée », même si Matignon a annoncé des réductions d’effectifs dans certains secteurs.

« La page de la RGPP (Révision générale des services publics) est tournée », a déclaré la ministre lors de son premier déplacement officiel jeudi à Saint-Étienne, selon un communiqué du ministère.

Selon Mme Lebranchu, « un audit sera mené cet été par l’Inspection générale de l’administration », pour évaluer l’impact sur le terrain de ce programme de réorganisations et d’économies de l’État lancé en 2007, symbolisé avant tout par le non remplacement d’un départ sur deux dans la Fonction publique d’État.

La règle du « un sur deux » a engendré la suppression de plus de 150 000 postes dans la Fonction publique d’État, qui emploie quelque 2,4 millions d’agents (sur un total de 5,3 millions de fonctionnaires).

Le gouvernement veut désormais concilier deux objectifs au cours du quinquennat : stabiliser les effectifs globaux de l’État tout en créant 65 000 postes dans l’Éducation, la Justice, la police et la gendarmerie.

Matignon a annoncé jeudi que, pour résoudre cette délicate équation, les effectifs publics devraient baisser de 2,5 % par an entre 2013 et 2015, hors secteurs prioritaires – éducation, police, gendarmerie, justice -.

« Les effectifs de l’État connaîtront une stabilité globale. Les créations d’emplois seront réservées à l’enseignement, la police, la gendarmerie et la justice », a précisé Matignon dans un communiqué, ajoutant que « des efforts de – 2,5 % par an sur les autres secteurs seront donc nécessaires afin de respecter cet objectif de stabilité ». Selon FO, la suppression de 2,5 % des effectifs dans les ministères non protégés revient à y « poursuivre le  remplacement de deux fonctionnaires sur trois ».

Pour Mme Lebranchu, « le précédent pouvoir s’est contenté d’annoncer une réforme arithmétique consistant à ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partants à la retraite » sans faire d' »analyse de l’action publique ni de définition des missions ». Dans une interview accordée au site du magazine Acteurs publics, elle précise que le gouvernement dira lors de la Conférence sociale des 9 et 10 juillet « quelles sont les valeurs du service publics » et discutera « des missions qui relèvent de l’action publique ».

Pour réduire les effectifs de l’État, Mme Lebranchu évoque notamment de possibles transferts vers la territoriale si certains agents « souhaitent volontairement être transférés ». Interrogée par ailleurs sur le point d’indice, qui sert de base au calcul des salaires des fonctionnaires et a été gelé pendant deux années de suite au grand dam des syndicats, elle indique que le gouvernement va « rétablir une justice », tout en ajoutant qu’il n’est pas question d' »ouvrir les vannes budgétaires (car) la situation ne le permet pas ». Elle précise que la question du point d’indice, et du pouvoir d’achat en général, sera abordée lors de la Conférence sociale.

Elle relève également que certains agents ont perdu de leur pouvoir d’achat, avant d’ajouter qu’ils ont été « méprisés, traités comme s’ils étaient inutiles » pendant cinq ans. « Nous devons redonner espoir aux élus locaux et aux fonctionnaires territoriaux ». Le texte sur la décentralisation sera donc prêt à l’automne, après les États généraux du Sénat qui s’achèveront début octobre. La ministre souhaite que ce projet de loi soit examiné à la fin de l’année.

 

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum