Le vieillissement des effectifs de la fonction publique se poursuit

Fonction publique

À l’image de la population française, les effectifs des trois fonctions publiques ont vieilli.

L’âge moyen de départ à la retraite pour ancienneté est pour la première fois supérieur à 60 ans dans la fonction publique d’État et la fonction publique territoriale. Parallèlement, les départs avant l’âge de 60 ans restent non négligeables, qu’il s’agisse des départs au titre des différents dispositifs de départ anticipé, notamment pour les parents de trois enfants, ou d’agents de catégorie active.
 

Les réformes des retraites influencent les comportements

La part des agents de 50 ans et plus, autre indicateur du vieillissement de la structure démographique, n’a cessé de progresser depuis 1992. Elle est en hausse de plus de 10 points entre 1992 et 2010. Depuis 2002, cette proportion augmentait à un rythme ralenti du fait de départs à la retraite relativement importants. En 2010, la part des seniors se stabilise dans la fonction publique d’État mais poursuit sa progression dans la fonction publique hospitalière et la fonction publique territoriale, à un rythme toutefois ralenti par rapport à 2009.

Les modifications de comportement sont perceptibles suite aux réformes des retraites menées depuis 2003. C’est en particulier le cas pour les départs des catégories actives dans la FPE et la FPH et sur les départs pour motifs familiaux, tant dans la FPT que dans la FPH. Les départs anticipés au titre des carrières longues restent le type de départ le moins représenté.
 

Les pyramides des âges des fonctions publiques confirment le vieillissement des effectifs

Les recrutements dans la fonction publique d’État ont été massifs dans les années 1970, profitant aux générations du baby-boom, puis ont été réduits par la suite. La pyramide des âges des agents titulaires de l’État présente ainsi une forme relativement aplatie, traduisant les départs à la retraite depuis 2002 de ces générations du baby-boom (nées entre 1945 et 1960) qui étaient plus nombreuses. On constate désormais, depuis 2006, une stabilisation de l’âge moyen et de la part des agents titulaires de 50 ans et plus, tendance qui devrait se poursuivre.

Les transferts de personnels de l’État vers les collectivités territoriales sont susceptibles également d’avoir un impact sur les évolutions de l’âge moyen dans la FPE et la FPT, sans qu’il soit possible de le mesurer avec précision. Ils concernent notamment des personnels techniciens, ouvriers de service (TOS) de l’Éducation nationale et des agents de l’Équipement, de la Culture (transfert des services de l’inventaire du patrimoine culturel), de l’Agriculture (transfert des TOS des lycées agricoles) et des Affaires sanitaires et sociales (personnels en charge du RMI, du FSL, etc.).

La pyramide des âges des agents titulaires de  FPT, avec une forme plus « arrondie », laisse augurer des départs à la retraite plus nombreux dans les prochaines années, phénomène qui aura été amplifié par les transferts d’agents issus des services de l’État.

La pyramide des âges des agents titulaires (hors médecins hospitaliers) de la FPH conserve une forme aplatie depuis 2008. Le pic correspondant à des générations nombreuses et âgées d’un peu plus de 50 ans tend à se réduire, laissant augurer une progressive stabilisation du nombre des départs à la retraite dans les années à venir.

Pour la fonction publique territoriale, le vieillissement des effectifs de la fonction publique a pour conséquence un nombre record de nouveaux pensionnés à la CNRACL. Ainsi en 2011, la CNRACL a octroyé 75 459 nouvelles pensions, chiffre jamais atteint auparavant par le régime, soit une hausse de 19,8 %.
 

Texte de référence : Rapport annuel sur l’état de la fonction publique, édition 2012

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum