Échanges de données par voie électronique

Fonction publique

Un arrêté du 19 janvier 2016 précise les modalités d’échanges par voie électronique des données à caractère personnel contenues dans les actes d’état civil.

Les organismes et personnes visés à l’article 13-2 du décret n° 62-921 du 3 août 1962 modifié, et souhaitant procéder à la vérification par voie électronique des données d’état civil, ainsi que les communes qui souhaitent répondre par voie électronique aux demandes de vérification des données de l’état civil, doivent conclure une convention avec le ministère de la Justice et l’ANTS pour l’utilisation de Comedec.

L’arrêté du 19 janvier 2016 fixe les garanties auxquelles doivent répondre les procédures relatives à la vérification des données à caractère personnel contenues dans les actes de l’état-civil lorsqu’elles sont effectuées par voie électronique. Des cartes à puce sont délivrées aux officiers d’état-civil et à leurs agents afin de leur permettre d’apposer leur signature électronique sur les données vérifiées. La vérification est signée électroniquement par l’officier de l’état-civil au moyen d’une signature trois étoiles.

 

Texte de référence : Arrêté du 19 janvier 2016 relatif aux échanges par voie électronique des données à caractère personnel contenues dans les actes d’état civil

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques