Fonction publique : l'intérêt général à l'épreuve de l'intéressement collectif

Fonction publique

Rejeté par l’ensemble des organisations syndicales, l’accord-cadre sur l’intéressement collectif a fait long feu. Mais le gouvernement s’est engagé à prendre les mesures nécessaires pour sa mise en place prochaine dans les trois fonctions publiques.

Un accord-cadre sur l’intéressement collectif des agents des trois fonctions publiques devait être signé fin mars par les huit organisations syndicales de fonctionnaires. Aucune fédération n’a pourtant accepté une telle prime « destinée à récompenser la performance collective d’un service » sur la base de critères et d’objectifs, indiquait Éric Woerth. Par exemple, le temps d’attente à l’accueil d’une administration, aux urgences d’un hôpital, d’un passeport en préfecture, d’une intervention de police, d’une offre d’emploi… devenait un instrument de mesure de la qualité d’un service public.

Le principe de l’intéressement

Pourtant, en 2008, quatre syndicats (CFDT, CFTC, CGC et Unsa) avaient bel et bien admis le principe d’une telle rémunération dans la fonction publique. Sauf qu’à l’occasion de ce projet d’accord, le ministre du Budget s’est refusé à tout engagement chiffré réduisant de fait l’objectif même de ces primes, la motivation des agents dans « l’amélioration de la qualité du service rendu à l’usager ». De leur côté, Solidaires, la CGT et FSU se sont opposés au principe même de ce type d’indemnités dénonçant « une nouvelle étape pour imposer, dans la fonction publique, une culture de la rentabilité financière importée du privé ». Le risque lié à une telle logique de résultat est de voir des services se concentrer uniquement sur certaines missions mesurables au détriment d’autres, perdant de vue l’intérêt général. Les objectifs d’élucidation en police ou de jugements en justice, se font l’écho du risque de dérive poussant à ne traiter que ce qui fait du chiffre et se règle rapidement.

Mise en place confirmée

Dans un communiqué, Éric Woerth vient d’annoncer qu’il avait décidé de clôturer les négociations sur la mise en place de l’intéressement collectif dans la fonction publique, après dix mois d’échanges et de négociations tout en soulignant que les employeurs de la fonction publique territoriale et de la fonction publique hospitalière « se sont déclarés favorables à ce projet d’accord ». Le principe même de l’intéressement collectif ne faisant pas l’objet d’un rejet unanime de la part des organisations syndicales, le ministre du Budget a déclaré que le gouvernement s’était engagé « à prendre rapidement les mesures nécessaires pour mettre en place l’intéressement collectif dans la fonction publique ». Sans donner davantage de précisions. Pour Bercy, ce dispositif inspiré du privé doit permettre de mieux associer les agents à la quête de productivité, corollaire de la réforme de l’État et des politiques publiques. Trois ministères, l’Intérieur, l’Économie et la Défense distribuent déjà un intéressement collectif.

Dans la territoriale aussi

Le gouvernement n’a ainsi pas abandonné la mise en œuvre, par la préparation d’un projet de loi, d’un dispositif qui serait aussi ouvert aux collectivités locales puisqu’un document prévoit « de mettre en œuvre l’intéressement collectif dans le respect du principe de libre administration des collectivités territoriales ». D’ailleurs, dans certaines collectivités territoriales (comme certains hôpitaux), des initiatives montrent que des instruments ont été mis en place.

Franck Vercuse

L'analyse des spécialistes

  • Rupture conventionnelle dans la fonction publique : les précisions de la décision n°2020-860 QPC Fonction publique

    Rupture conventionnelle dans la fonction publique: les précisions de la décision n°2020-860 QPC

    21/10/20
    En rappelant que la rupture conventionnelle « ne peut être imposée par l'une ou l'autre des parties », dans sa décision n° 2020-860 QPC, le Conseil constitutionnel souligne la nature contractuelle de cette procédure et affirme que tout fonctionnaire peut alors être assisté par l'organisation syndicale de son choix, qu'elle soit représentative ou non.
  • Quelle CDIsation des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ? Statut

    Quelle “CDIsation” des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ?

    19/10/20
    Le droit de la fonction publique reconnait le principe du recours aux contrats à durée indéterminée (CDI) et autorise le recrutement de contractuels sur des postes permanents. Depuis la moitié des années 2000, il y a eu une multiplication des agents contractuels à durée indéterminée, ce qui constitue une exception au principe d'exclusivité de l'occupation des emplois publics permanents par des fonctionnaires. La loi du 6 août 2019 relative à la transformation de la fonction publique et le décret n° 2019-1414 du 19 décembre 2019 renforcent cette tendance dans la fonction publique territoriale.
  • Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ? Intercommunalité

    Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ?

    02/10/20
    Au 1er octobre 2020, le sort des syndicats de communes exerçant cette compétence à la date du transfert de la compétence à une communauté de communes ou communauté d'agglomération semble partiellement scellé.
  • Tous les articles juridiques