Le Conseil commun de la fonction publique officiellement institué

Fonction publique

Le Conseil commun de la fonction publique (CCFP), nouvelle instance chargée des questions touchant les 5,3 millions de fonctionnaires, a été officiellement institué mardi, suite à la parution d’un décret en ce sens au Journal officiel.

Le ministre de la Fonction publique François Sauvadet a dit à l’AFP qu’une première réunion était prévue mardi après-midi et a précisé qu’il entendait faire de cette instance chargée de questions transversales « un outil de modernisation de la Fonction publique ».

« Dès cet après-midi, je vais réunir ce Conseil commun pour la première fois au ministère », a-t-il déclaré, ajoutant qu’organiser une réunion le jour même de la parution du décret était le signe de sa « forte détermination ».

Dans le décret, le CCFP est présenté comme un « organisme consultatif et instance de dialogue », compétent pour les « questions communes aux trois fonctions publiques (État, territoriale et hospitalière) ».

Il est composé de trois collèges : les représentants des organisations syndicales (30 sièges), les représentants des employeurs territoriaux (10 sièges), et les représentants des employeurs hospitaliers (5 sièges).

« Il comprend en outre des membres de droit, qui ne prennent pas part au vote », précise le décret, dont le directeur général de l’administration et de la Fonction publique, un membre du Conseil d’État, un membre de la Cour des comptes ou encore le directeur du budget.

Il est appelé à se réunir en assemblée plénière au moins deux fois par an et peut être saisi par le ministre, ou via une demande écrite des deux tiers des membres d’un collège.

Conformément aux résultats des dernières élections professionnelles, les organisations syndicales y sont représentées comme suit : 9 sièges pour la CGT, 6 respectivement pour la CFDT et FO, 3 sièges pour l’Unsa, 2 pour la FSU et Solidaires et un à la CFTC et à la CGC.

Pour M. Sauvadet, les champs de dialogue qui relèvent du CCFP « sont très nombreux ». Il a cité le handicap, la diversité, les questions liées à la mobilité des agents ou encore l’égalité homme-femme.

Sur ce point, le ministre a par ailleurs dit qu’il annoncerait des « initiatives fortes » sous peu, celles-ci devant faire l’objet d’un amendement au projet de loi sur la précarité qui doit être examiné la semaine prochaine à l’Assemblée.

En mars, la députée UMP Françoise Guégot avait préconisé dans un rapport de réserver 40 % des postes de direction aux femmes dans la fonction publique. Le ministre n’a jamais exclu la possibilité de mettre en place des quotas.

 

Texte de référence : Décret n° 2012-148 du 30 janvier 2012 relatif au Conseil commun de la fonction publique

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

L'analyse des spécialistes

  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • La mise en œuvre d'un intéressement collectif comme rémunération dans fonction publique est-elle vraiment possible ? Rémunération

    La mise en œuvre d’un intéressement collectif comme rémunération dans la fonction publique est-elle vraiment possible ?

    03/04/18
    « On va essayer de travailler à une nouvelle rémunération des agents publics fondée sur le mérite ». Telle est l’une des déclarations faites par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics sur les antennes de BFMTV - RMC le 19 février dernier. Si elle est dans l'air du temps, la question d'une rémunération « au mérite » des agents publics n’est pas nouvelle. Par le passé déjà, plusieurs gouvernements ont relancé cette idée d'introduire davantage de « mérite » dans la rémunération des fonctionnaires.
  • Tous les articles juridiques