L'effectif des fonctionnaires, variable éventuelle d'économies, laisse entendre Najat Vallaud-Belkacem

Fonction publique

Najat Vallaud-Belkacem, la porte-parole du gouvernement, a réaffirmé mardi 18 février 2014 la volonté de l’exécutif de réaliser 50 milliards d’euros d’économies d’ici la fin du quinquennat, en jouant notamment, a-t-elle laissé entendre, sur le nombre global des fonctionnaires.

Interrogée sur RMC et BFMTV sur les propos du sénateur PS Gaëtan Gorce selon lesquels François Hollande n’a « ni les moyens ni la volonté de dégager 50 milliards d’économies supplémentaires », Mme Vallaud-Belkacem a répondu : « Si j’en crois ce qu’est en train de faire en ce moment même le ministre du Budget Bernard Cazeneuve, qui recueille auprès de chaque ministre et avec insistance les propositions d’économies dans chaque secteur, je crois que nous allons y arriver. »

« Ce ne sera pas facile, personne n’a dit que ça allait être facile. C’est ce que nous sommes en train de faire, interroger la pertinence de chacune de nos politiques publiques, pas seulement l’État mais aussi les collectivités locales », a ajouté la porte-parole du gouvernement. « Ça n’est pas pour les beaux yeux de la Commission européenne que nous cherchons ces économies mais aussi pour rendre plus efficaces nos pouvoirs publics », a rétorqué Mme Vallaud-Belkacem alors que M. Gorce écrivait lundi 17 février sur son blog que cette somme de 50 milliards d’euros d’économies n’était « qu’un leurre destiné à enfumer la Commission. »

Pressée de questions sur une baisse possible du nombre de fonctionnaires, la porte-parole du gouvernement a déclaré qu' »à partir du moment où nous interrogeons la pertinence des politiques publiques, s’il apparaît qu’il vaut mieux se recentrer sur quelques politiques publiques phares et laisser de côté d’autres qui apparaissent moins utiles, cela aura des conséquences, évidemment, en termes de gestion du personnel. »

Mais « nous nous refusons à nous fixer des objectifs fixés à l’aveugle », a-t-elle ajouté. « Le Premier ministre a demandé à Marylise Lebranchu d’ouvrir des négociations dans la fonction publique pour faire en sorte d’affecter les fonctionnaires là où c’est le plus utile. Quel résultat cela aura sur le nombre global de fonctionnaires ? Je ne peux pas répondre. »
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques