Les fonctionnaires "honnêtes" et "compétents" pour une majorité de Français

Fonction publique

Contrairement à ce qu’ils croient eux-mêmes, les fonctionnaires n’ont pas une mauvaise image auprès des Français qui les jugent majoritairement « honnêtes », « compétents » et « au service du public », selon un sondage TNS Sofres pour le syndicat FSU, publié mardi.

Selon cette enquête, les fonctionnaires sont « honnêtes » pour 75% des personnes interrogées, « compétents » (69%), « au service du public » (67%) et « ont le sens du service » (64%). Ils sont également perçus comme « à l’écoute » (63%), « accessibles » (59%) et « disponibles » (54%).  « En ces temps difficiles, c’est un jugement qui redonne de la fierté et du baume au coeur », estime Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, premier syndicat de la fonction publique d’Etat. Le sondage va à l’encontre de ce que pensent les fonctionnaires eux-mêmes, une précédente enquête, réalisée en décembre par l’Ifop, montrant que 76% d’entre eux sont persuadés que les Français ne les aiment pas. Selon le sondage TNS Sofres, plus d’un Français sur deux (51%) juge que l’Etat est un employeur qui « traite mal » ses salariés, seuls 39% estimant le contraire et 10% étant sans opinion. 66% des personnes interrogées estiment en outre que l’Etat ne leur donne pas les moyens suffisants pour bien remplir leurs missions. En ce qui concerne la règle de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, dont le principe a récemment été réaffirmé par le gouvernement, les Français s’y montrent hostiles, 71% estimant qu’il s’agit d’une « mauvaise chose ». Le sondage a été réalisé lors d’entretiens à domicile les 13 et 14 avril auprès de 1.000 personnes, selon la méthode des quotas. La FSU a également créé un site internet « fiers-du-service-public.fr » et réalisé un livret avec des témoignages choisis parmi les 1.000 premières contributions sur le site. Ce livret, édité pour l’heure à 5.000 exemplaires, est préfacé par Stéphane Hessel, auteur du best-seller « Indignez-vous! », qui affirme qu’il « va dans le sens de l’insurrection pacifique » qu’il appelait de ses voeux dans son ouvrage. « Le service public, c’est la richesse que l’on met en commun; l’attaquer, c’est déclarer la guerre à la possibilité de vivre ensemble », affirme par exemple l’un des témoignages.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

L'analyse des spécialistes

  • Le retrait de délégation à un adjoint Élus

    Le retrait de délégation à un adjoint

    02/05/19
    « L'adjoint au maire est élu par le conseil municipal (et non pas nommé par le maire), mais, à l'exception de ses qualités d'officier d'état-civil et d'officier de police judiciaire, qu'il exerce de plein droit, il ne dispose de compétences que dans la mesure où le maire lui en délègue ».
  • Loi Élan : focus sur le PLU Urbanisme

    Loi Élan : focus sur le PLU

    18/04/19
    La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi Élan, contient un certain nombre de dispositions relatives aux documents d’urbanisme, et plus particulièrement au plan local d’urbanisme (PLU).
  • La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification Urbanisme

    La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification

    16/04/19
    La loi Élan du 23 novembre 2018 participe de la stratégie « logement » initiée par le gouvernement. Elle s’articule autour de quatre objectifs politiques : construire plus, mieux et moins cher ; faire évoluer le logement social ; répondre aux besoins de chacun ; améliorer le cadre de vie.
  • Tous les articles juridiques