Les fonctionnaires "honnêtes" et "compétents" pour une majorité de Français

Fonction publique

Contrairement à ce qu’ils croient eux-mêmes, les fonctionnaires n’ont pas une mauvaise image auprès des Français qui les jugent majoritairement « honnêtes », « compétents » et « au service du public », selon un sondage TNS Sofres pour le syndicat FSU, publié mardi.

Selon cette enquête, les fonctionnaires sont « honnêtes » pour 75% des personnes interrogées, « compétents » (69%), « au service du public » (67%) et « ont le sens du service » (64%). Ils sont également perçus comme « à l’écoute » (63%), « accessibles » (59%) et « disponibles » (54%).  « En ces temps difficiles, c’est un jugement qui redonne de la fierté et du baume au coeur », estime Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, premier syndicat de la fonction publique d’Etat. Le sondage va à l’encontre de ce que pensent les fonctionnaires eux-mêmes, une précédente enquête, réalisée en décembre par l’Ifop, montrant que 76% d’entre eux sont persuadés que les Français ne les aiment pas. Selon le sondage TNS Sofres, plus d’un Français sur deux (51%) juge que l’Etat est un employeur qui « traite mal » ses salariés, seuls 39% estimant le contraire et 10% étant sans opinion. 66% des personnes interrogées estiment en outre que l’Etat ne leur donne pas les moyens suffisants pour bien remplir leurs missions. En ce qui concerne la règle de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, dont le principe a récemment été réaffirmé par le gouvernement, les Français s’y montrent hostiles, 71% estimant qu’il s’agit d’une « mauvaise chose ». Le sondage a été réalisé lors d’entretiens à domicile les 13 et 14 avril auprès de 1.000 personnes, selon la méthode des quotas. La FSU a également créé un site internet « fiers-du-service-public.fr » et réalisé un livret avec des témoignages choisis parmi les 1.000 premières contributions sur le site. Ce livret, édité pour l’heure à 5.000 exemplaires, est préfacé par Stéphane Hessel, auteur du best-seller « Indignez-vous! », qui affirme qu’il « va dans le sens de l’insurrection pacifique » qu’il appelait de ses voeux dans son ouvrage. « Le service public, c’est la richesse que l’on met en commun; l’attaquer, c’est déclarer la guerre à la possibilité de vivre ensemble », affirme par exemple l’un des témoignages.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques