Pôle emploi pas concerné par le non-remplacement d'un salarié sur 2, selon Charpy

Fonction publique

Christian Charpy, directeur général de Pôle emploi, a affirmé mercredi que son établissement, qui prévoit la suppression de 1.800 postes cette année, n’est pas concerné par la règle de non-remplacement d’un agent sur deux, ses salariés « n’étant pas des fonctionnaires ».

« Pôle emploi n’est pas inclus dans le périmètre du pilotage de la RGPP », (Révision générale des politiques publiques) qui impose le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, a affirmé M. Charpy lors d’une audition devant une mission du Sénat. Le ministre du Budget, François Baroin, avait souhaité imposer cette règle à tous les opérateurs publics, considérant que Pôle emploi en fait partie. Or, a souligné M. Charpy, « les salariés de Pôle emploi ne sont pas des fonctionnaires » et « à 80% ils relèvent du droit privé ». Par ailleurs, a-t-il argué, « Pôle emploi n’est pas juridiquement un opérateur de l’Etat » puisque son budget n’est financé qu’à hauteur d' »un tiers » par l’Etat (1,5 million d’euros), alors que pour être considéré opérateur public l’Etat doit en assurer plus de la moitié. C’est l’Unedic, géré par les partenaires sociaux, qui assure l’essentiel du financement de Pôle emploi, chargé d’indemniser et d’accompagner les chômeurs. M. Charpy a rappelé toutefois qu’en tant qu’établissement public, Pôle emploi -près de 50.000 salariés- fait des efforts de réduction d’effectifs et prévoit la suppression de 1.800 postes cette année dont 1.500 CCD et 300 CDI. Ces mesures avaient suscité d’importants mouvements sociaux l’an dernier. Le patron de Pôle emploi – qui quittera ses fonctions fin 2011 – a par ailleurs évoqué la situation financière « compliquée et difficile » de cet organisme cette année, compte tenu de la baisse de certaines contributions de l’Etat. Cela nécessite des efforts de « modernisation et de synergie », a-t-il dit.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

L'analyse des spécialistes

  • Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets Partenariat public-privé

    Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets

    31/05/18
    Les Cours des comptes européenne et française partagent un constat similaire et émettent des alertes de bon sens. Mais ces alertes doivent s’appliquer selon notre point de vue à tous types de projets du secteur public, et pas qu’aux PPP. Quant à ces derniers, ils pourraient continuer à procurer des effets vertueux au secteur public, à condition d’y avoir recours pour des bonnes raisons et d’une manière adéquate.
  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • Tous les articles juridiques