Pôle emploi pas concerné par le non-remplacement d'un salarié sur 2, selon Charpy

Fonction publique

Christian Charpy, directeur général de Pôle emploi, a affirmé mercredi que son établissement, qui prévoit la suppression de 1.800 postes cette année, n’est pas concerné par la règle de non-remplacement d’un agent sur deux, ses salariés « n’étant pas des fonctionnaires ».

« Pôle emploi n’est pas inclus dans le périmètre du pilotage de la RGPP », (Révision générale des politiques publiques) qui impose le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, a affirmé M. Charpy lors d’une audition devant une mission du Sénat. Le ministre du Budget, François Baroin, avait souhaité imposer cette règle à tous les opérateurs publics, considérant que Pôle emploi en fait partie. Or, a souligné M. Charpy, « les salariés de Pôle emploi ne sont pas des fonctionnaires » et « à 80% ils relèvent du droit privé ». Par ailleurs, a-t-il argué, « Pôle emploi n’est pas juridiquement un opérateur de l’Etat » puisque son budget n’est financé qu’à hauteur d' »un tiers » par l’Etat (1,5 million d’euros), alors que pour être considéré opérateur public l’Etat doit en assurer plus de la moitié. C’est l’Unedic, géré par les partenaires sociaux, qui assure l’essentiel du financement de Pôle emploi, chargé d’indemniser et d’accompagner les chômeurs. M. Charpy a rappelé toutefois qu’en tant qu’établissement public, Pôle emploi -près de 50.000 salariés- fait des efforts de réduction d’effectifs et prévoit la suppression de 1.800 postes cette année dont 1.500 CCD et 300 CDI. Ces mesures avaient suscité d’importants mouvements sociaux l’an dernier. Le patron de Pôle emploi – qui quittera ses fonctions fin 2011 – a par ailleurs évoqué la situation financière « compliquée et difficile » de cet organisme cette année, compte tenu de la baisse de certaines contributions de l’Etat. Cela nécessite des efforts de « modernisation et de synergie », a-t-il dit.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques