Refus d'un agent de se soumettre à l'examen d'un médecin expert

Fonction publique

Un licenciement pour insuffisance professionnelle constitue un détournement de procédure.

La demande du comité médical qu’un médecin expert se prononce sur la demande de l’administration de mise en congé de maladie d’office d’un agent et sur l’absence de décision rendue du fait du refus de l’intéressé de se soumettre à l’examen est considérée comme régulière. Dans ce cas, la consultation du comité médical n’est pas une formalité obligatoire, divers rapports produits pouvant justifier la décision.

Il a été jugé le 18 mars 2004 par la Cour administrative d’appel de Nancy, req. n °99NC01604, qu’un tel placement en congé pouvait constituer une éviction du service ouvrant droit à réparation. Par ailleurs, vu le contexte pathologique, un licenciement pour insuffisance professionnelle constituerait un détournement de procédure.

 

Texte de référence : Lettre DAJ B1 n° 2012-413 du 26 décembre 2012 relative à l’avis du comité médical départemental

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques