La ministre de la Justice veut créer 30 000 postes de TGI d’ici 2022

Insertion

30 partenaires nationaux et plusieurs ministères ont décidé de s’engager pour développer le travail d’intérêt général (TIG).

Moins d’un an après la création de l’Agence du travail d’intérêt général (TIG) et de l’insertion professionnelle des personnes placées sous main de justice, la ministre de la Justice a signé, le mardi 12 novembre 2019, un accord-cadre avec plus de 30 partenaires nationaux, qui s’engagent à accueillir des personnes devant réaliser un TIG.

« Ces partenariats permettront de lever l’un des freins au développement du TIG : le manque de postes proposés pour réaliser ces travaux non rémunérés », espère Nicole Belloubet.

Les missions proposées pourront être très diverses : préservation de l’environnement, soutien aux personnes fragiles, entretien des bâtiments et du patrimoine, accessibilité au numérique… La signature de ces accords est « singulière », tant par le nombre de partenaires s’engageant pour cette cause d’intérêt général que par leur diversité, se félicite le ministère. Ce sont :

  • D’autres départements ministériels : Intérieur, Transition écologique et solidaire, Travail, Culture, Cohésion territoriale… ;
  • Des entreprises chargées d’un service public : La Poste, Enedis, SNCF, JCDecaux, Sodexo… ;
  • De grandes associations nationales, comme Emmaüs France, Restos du cœur, Croix-Rouge française, SPA… ;
  • Mais aussi des représentants des collectivités territoriales et des organismes de logement social.

Ces partenariats vont concourir à l’objectif confié à l’agence du TIG et de l’insertion professionnelle de passer de 18 000 postes de TIG recensés en 2018 à plus de 30 000 postes en 2022, se réjouit le ministère de la Justice.

Ils devraient ainsi permettre aux magistrats d’utiliser davantage la peine de TIG en alternative aux courtes peines d’emprisonnement. Le TIG ne représente, aujourd’hui, que 6 % des peines prononcées et « est amené à se développer fortement », rappelle le ministère.

La signature de ces partenariats démontre « l’engagement de l’ensemble de la société pour une peine qui lutte efficacement contre la récidive et favorise l’insertion des personnes condamnées », a conclu Nicole Belloubet.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum