Réforme des programmes : la région Île-de-France va financer les manuels et ressources pédagogiques des lycéens

Jeunesse

La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse (LR) a annoncé mercredi 27 mars 2019 des mesures de soutien au pouvoir d’achat des familles des lycéens franciliens, qui subissent le coût du changement des programmes en septembre 2019.

La réforme du baccalauréat 2019-2021 instaure de nouveaux enseignements, une place accrue du numérique et met en place de nouvelles modalités de passage du baccalauréat. Les manuels scolaires des classes de seconde et de première doivent être changés dès la rentrée prochaine.

Le conseil régional a décidé de financer les manuels et « ressources pédagogiques papier ou numériques » pour chacun des 260 200 élèves concernés par cette réforme à la rentrée 2019, des élèves de seconde et première générale et technologique, seconde professionnelle et première année de CAP, dans les 670 lycées franciliens. Elle investira pour cela 340 euros par élève, soit jusqu’à 150 millions d’euros en trois ans.

C’est « l’occasion de profiter de l’arrivée de ces nouveaux manuels pour vraiment encourager le virage numérique dans les établissements (…) C’est vrai que cela arrive un peu rapidement et brutalement, mais on est au pied du mur, c’est l’heure du choix entre le numérique et le papier », a précisé Valérie Pécresse.

Ce sont les conseils pédagogiques et les conseils d’administration, proviseurs en tête, qui devront d’ici le 15 avril choisir le format des nouveaux programmes, papier ou numérique. Les manuels correspondants aux anciens programmes seront collectés et redistribués dans des lycées francophones, notamment en  Afrique.

Le conseil régional va proposer aux plus de 110 000 lycéens professionnels d’Île-de-France d’être les premiers à être équipés, à partir de septembre, de tablettes numériques, dans la région « la plus inégalitaire scolairement de France ». « 100 % numérique et 100 % équipés par la région », a-t-elle assuré.

Pour les lycées généraux et technologiques publics ou privés, « notre objectif serait de faire du 50/50, 50 % des lycées qui restent au papier, 50 % des autres qui plongent dans le tout numérique », a déclaré Mme Pécresse.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2019

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum