Retour sur notre web-conférence : quels sont les apports du digital dans l’optimisation des RH ?

Management

Une web-conférence organisée par WEKA en partenariat avec Gfi Informatique avait lieu le 9 novembre dernier sur le thème « Quels sont les apports du digital dans l’optimisation des RH ? » Deux intervenants nous ont fait partager leur expérience sur des projets qui combinent à la fois des exigences techniques et managériales.

Édouard Guerreiro-Bochereau, Responsable de projet, ancien cadre RH – Ville et Métropole de Toulouse et Philippe Ferreira Martins, Chef du service pilotage paie et masse salariale – Pôle Ressources Humaines Région Île-de-France, nous ont montré que la transformation digitale de la gestion RH dans le secteur public, notamment dans le secteur public local, ne constitue pas seulement un défi technique ; elle touche l’ensemble des domaines de la fonction RH, recrutement, formation, gestion du temps, rémunération, carrières, management des équipes.

De ce fait, la réussite de ce type de projet nécessite de comprendre et de développer une stratégie plus globale pour aboutir à sa mise en œuvre.

C’est pourquoi l’acquisition d’une solution digitale pour la gestion des Ressources humaines est un élément bien entendu indispensable. Mais, sans une véritable conduite du changement sur le plan humain, le risque est grand qu’un tel projet échoue.

Anticiper plutôt que subir

La digitalisation est certes un formidable accélérateur de performance pour les organisations publiques car elle permet d’optimiser les processus de travail pour améliorer la productivité et faire face à la contrainte budgétaire et améliore la qualité des services au public par une meilleure adaptation de l’offre. Elle promet également aux agents un gain d’autonomie, de responsabilité et une plus grande liberté d’action…

Mais des risques existent et il faut les anticiper ; parmi lesquels une pression accrue sur les équipes, souvent issue de pratiques managériales inadaptées, une augmentation du volume et de la qualité de l’information à traiter et une complexification de celle-ci, un effacement des frontières entre sphère privée et sphère professionnelle, la disparition de certains emplois et une déshumanisation du travail.

Une transformation qui doit être pilotée, accompagnée et qui garantisse le maintien de relations humaines de qualité, en sensibilisant notamment les salariés en retrait ou passifs, et en adaptant régulièrement les réponses managériales à la nouvelle donne digitale.

La conduite du changement et l’importance des relations en mode projet

Il est clair en effet que si la digitalisation est une opportunité pour la fonction RH, il faut un accompagnement des acteurs dans la conduite du changement. En outre, si le SIRH (Système d’information de gestion des ressources humaines) doit pouvoir répondre aux problématiques de dématérialisation – ce qui pose la question de la confiance et de partenariat avec l’éditeur -, il doit également être en phase avec le projet stratégique RH.

Afin d’éviter les écueils et porter au mieux un tel projet, certaines conditions de réussite sont incontournables telles que :

  • Un cahier des charges clair et des spécifications techniques précises.
  • Une relation de partenariat avec la DSI en échangeant régulièrement afin de limiter les contraintes techniques.
  • Un accompagnement dès en amont des utilisateurs en interne par des formations, des notes pratiques et des points réguliers.

Et s’il fallait retenir un conseil plus qu’un autre, ne pas confondre l’outil et les objectifs qu’il permet d’atteindre.

Hugues Perinel

Au cours de cette web-conférence que vous pouvez visionner ci-dessous, nous a été également présenté la numérisation du dossier de l’agent au CR Île-de-France :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum