Il faut motiver sérieusement une décision de résiliation aux frais et risques

Marché public de travaux

Une décision de résiliation aux frais et risques, qui revêt le caractère d’une sanction, doit être suffisamment motivée afin de permettre à l’entreprise et au juge de déterminer les motifs exacts ayant fondé cette sanction.

La décision défavorable ne peut se borner à faire état de « nombreuses difficultés rencontrées lors de la première phase de travaux ». En l’espèce, il n’était pas possible au maître de l’ouvrage de prononcer cette sanction en raison du retard de la société à effectuer les travaux de levée des réserves dès lors, d’une part, que les stipulations du marché ne le lui permettaient pas et, d’autre part, qu’une mise en régie avait été préalablement décidée à l’encontre de la société en vue de faire achever ces travaux.

 

Texte de référence : CAA de Marseille, 6e chambre, 4 novembre 2019, n° 15MA02728 – 15MA02729, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • Quelle expérimentation par les collectivités locales du recours au financement participatif obligataire ? Finances locales

    Quelle expérimentation par les collectivités locales du recours au financement participatif obligataire ?

    20/10/21
    Pendant une période de trois années, les collectivités territoriales pourront recourir à des obligations pour tous leurs projets de financement participatif.
  • Vers une modification du financement de la rupture conventionnelle dans la fonction publique territoriale ? Fonction publique

    Vers une modification du financement de la rupture conventionnelle dans la fonction publique territoriale ?

    12/10/21
    Les collectivités territoriales doivent non seulement supporter à la fois le coût de l'indemnité spécifique de rupture conventionnelle, mais aussi celui de l'indemnisation chômage de l'agent. Or, malgré les difficultés de recourir à la rupture conventionnelle, à ce jour, le Gouvernement n'envisage pas de modifier les modalités de financement de la rupture conventionnelle.
  • Comment améliorer l’articulation des compétences entre l’État et les collectivités territoriales en cas d’état d’urgence Sécurité

    Comment améliorer l’articulation des compétences entre l’État et les collectivités territoriales en cas d’état d’urgence

    05/10/21
    Dans son rapport d'étude annuelle intitulé « les états d'urgence : la démocratie sous contraintes », le Conseil d'État émet deux propositions pour améliorer l'articulation des compétences entre l'État et les collectivités territoriales afin de mettre en œuvre les états d'urgence.
  • Tous les articles juridiques