L'égalité hommes-femmes sera prise en compte dans la préparation des lois

Parité

Le gouvernement affiche sa volonté de promouvoir l’égalité hommes-femmes dès la préparation des textes législatifs et lors des nominations du secteur public, dans deux circulaires du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, publiées au Journal officiel vendredi 24 août.

Dans « les travaux préalables » et les « études d’impact » des projets de lois, quel que soit le ministère concerné, « la dimension des droits des femmes et de l’égalité (…) sera désormais systématiquement » prise en compte, indique le chef du gouvernement. Il s’agira notamment de « s’assurer que les dispositions envisagées ne portent pas atteinte aux droits des femmes, ni n’aggravent les inégalités ».

« Après le dépôt au parlement (des projets de loi), le ministère des droits des femmes publiera sur son site internet (http://femmes.gouv.fr/) les études d’impact », précise cette circulaire, qui ajoute que cette attention sera aussi portée aux décrets. Matignon dressera « un premier bilan de l’application de ce nouveau dispositif à l’automne 2013 », est-il encore précisé.

La deuxième circulaire vise à promouvoir l’égalité dans les nominations dans « l’ensemble des administrations et opérateurs qui relèvent de l’autorité ou sont placés sous la tutelle » des différents ministères, en appelant notamment à une application « volontariste » de la loi de mars 2012, créant « l’obligation d’une plus grande mixité dans les nominations aux principaux emplois de l’encadrement supérieur de l’État, des collectivités territoriales et des établissements hospitaliers et de santé ».

Les nominations aux « plus hauts emplois » devront en 2013 concerner « au moins 20 % de personnes de chaque sexe », puis « 30 % au moins à compter de l’année 2015 et 40 % au moins à compter de l’année 2018 », est-il rappelé.

« S’agissant de l’État, je vous demande de veiller personnellement à l’équilibre des nominations aux emplois dirigeants et supérieurs », écrit encore le Premier ministre. Un suivi « sera réalisé chaque semestre et un bilan annuel, présenté en conseil des ministres, réalisé à la fin de chaque année » et publié sur le site du gouvernement. En outre, chaque administration devra désigner avant fin août une personne chargée de l’égalité, qui sera notamment chargée de préparer le plan égalité 2013-2017, déjà annoncé.

 

Texte de référence : Circulaire du 23 août 2012 relative à la prise en compte dans la préparation des textes législatifs et réglementaires de leur impact en termes d’égalité entre les femmes et les hommes

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques