Favoriser l’emploi des personnes handicapées en intérim

Personnes handicapées

L’État et les acteurs du secteur du travail temporaire viennent de signer une convention cadre pour permettre aux personnes en situation de handicap d’accéder à l’emploi.

« Le travail temporaire constitue un levier d’insertion professionnelle pour de nombreux publics éloignés de l’emploi et en particulier pour les personnes en situation de handicap. Les initiatives fructueuses de nombre de nos adhérents convergent avec l’approche gouvernementale », affirme Gilles Lafon, président de Prism’emploi, représentant la branche professionnelle de l’intérim.

Aussi, le 24 septembre 2019, la ministre du Travail et la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées ont signé, avec Pôle Emploi, CHEOPS, l’UNML, l’APEC, l’AGEFIPH, l’UNEA, Prism’emploi, le FAF.TT, le FASTT et l’OIR, une convention cadre visant à développer l’emploi des personnes handicapées dans le secteur du travail temporaire. Celle-ci a pour objectif de favoriser la formation, l’accès à l’emploi et la sécurisation des parcours professionnels des personnes en situation de handicap grâce à l’intérim.

« Pour la première fois, les acteurs s’organisent au service du parcours des personnes : ce n’est plus à la personne en situation de handicap de faire le lien entre ces acteurs », se félicitent Muriel Pénicaud et Sophie Cluzel.

« J’attends des partenaires signataires de cette convention qu’ils travaillent ensemble, via le secteur du travail temporaire, pour convaincre de nouvelles entreprises que compter parmi leurs effectifs des personnes en situation de handicap est « gagnant-gagnant ». Ce qui contribuera à agir collectivement pour une « société du vivre ensemble » », a déclaré la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées. De fait, concrètement, les signataires s’engagent à :

  • Faciliter l’expression du besoin de compétences des entreprises clientes :
  • Faciliter l’identification et la mobilisation de candidats en situation de handicap ;
  • Promouvoir de nouvelles modalités de recrutement favorables à l’emploi des personnes handicapées ;
  • Optimiser le processus de recrutement des candidats ;
  • Mobiliser les aides et prestations humaines, techniques, organisationnelles ;
  • Développer des filières métiers du placement en entreprise adaptée (EA), notamment via l’expérimentation EATT (Entreprise adaptée de travail temporaire) ;
  • Permettre l’accès à la formation professionnelle et à l’alternance ;
  • Assurer le suivi de la mission d’intérim ;
  • Préparer la sortie de la mission d’intérim en accompagnant la personne tout au long de son parcours d’emploi.

Le pilotage de la convention et la mesure des résultats produits seront confiés à la Délégation générale à l’emploi et la formation professionnelle (DGEFP) du ministère du Travail. Elle réunira, au moins deux fois par an, un comité national de suivi composé de l’ensemble des signataires.

La convention cadre sera déclinée au niveau territorial par les réseaux respectifs de tous les signataires pour plus d’efficacité au service des personnes en situation de handicap.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum