Nombre d’entreprises connaissent mal le handicap

Personnes handicapées

Malakoff Médéric Humanis vient de présenter les résultats de son étude emploi et handicap.

À l’occasion de la 23e Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (du 18 au 24 novembre), la Fondation Malakoff Médéric Handicap a publié les résultats de la 7e édition de son étude sur les problématiques du maintien dans l’emploi des salariés en situation de handicap. Celle-ci  dresse un état des lieux des principaux besoins et attentes des entreprises confrontées à cette problématique et explore des pistes pour améliorer le maintien dans l’emploi des salariés handicapés. En premier lieu, l’étude pointe le réel contraste entre les grandes entreprises, « qui ont fait du handicap un véritable enjeu politique et éthique », et les PME, « qui se sentent démunies et demandent un accompagnement dans la gestion de la problématique du handicap ».

En 2019, la moitié des entreprises interrogées d’au moins dix salariés déclarent employer ou avoir employé au moins un salarié handicapé, mais 5 % ont dû faire face à l’entrée en invalidité de l’un de leurs salariés au cours de 12 derniers mois. Face au handicap, toutes les entreprises ne jouent pas à armes égales, reprend la Fondation. La question du handicap implique une organisation, un aménagement qui lui sont propres. Pour les grands groupes, la problématique est ancrée dans la culture d’entreprise via une communication et des actions adaptées : mission handicap, sensibilisation du personnel, accompagnement retour à l’emploi. En revanche, pour les PME, la situation se révèle plus compliquée. L’étude insiste sur leur manque d’information et leur méconnaissance des dispositifs (39 %), l’absence de ressources RH dédiées, le manque de moyens financiers immédiats pour aménager des postes ou mettre en place un plan de sensibilisation. L’aménagement du poste de travail représente pourtant le premier des besoins spécifiques cité par les entreprises (32 %), suivi par l’aménagement du rythme de travail (24 %).

Au total, seul un gros tiers des entreprises (35 %) a mis en place des actions de prévention centrées sur la personne handicapée. Et un peu plus d’une sur dix (13 %) a initié des actions auprès de l’équipe dans laquelle travaille une personne handicapée. Selon l’étude de la Fondation Malakoff Médéric Handicap, cette situation s’explique par des freins liés aux métiers exercés dans l’entreprise (77 %), des investissements nécessaires (51 %), la taille de l’entreprise (43 %) et le manque de temps (15 %).

Triste réalité : 39 % des entreprises sondées citent le manque de connaissance sur le handicap comme principal frein au maintien dans l’emploi des personnes handicapées. Plus des trois quarts des dirigeants (77 %) travaillent avec la médecine du travail mais ne connaissent pas forcément les organismes spécialisés. Ils sont 60 % à souhaiter une diminution du nombre d’intervenants pour une meilleure efficacité et lisibilité. Et près de huit sur dix (79 %) déclarent qu’un accompagnement financier les aiderait à maintenir dans l’emploi des personnes handicapées et mettre en place des actions de prévention.

Posté le par

Recommander cet article