Handicap : un rapport appelle à la mobilisation de Pôle emploi et autres acteurs

Personnes handicapées

Pôle emploi, les acteurs de la formation professionnelle et les régions doivent mieux se mobiliser pour l’accès et le maintien dans l’emploi en milieu ordinaire des personnes handicapées, préconise un rapport remis mardi 19 juin au gouvernement.

La présidente du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), Dominique Gillot, identifie trois réseaux d’acteurs de droit commun « prioritaires », dans ce rapport contenant 51 propositions remis aux ministres Agnès Buzyn (Santé et Solidarités), Muriel Pénicaud (Travail) et à la secrétaire d’État Sophie Cluzel (Handicap).

L’ancienne sénatrice socialiste cite Pôle emploi, « dont l’organisation et l’offre de service doivent être améliorées », les acteurs de la formation professionnelle, « qui n’identifient que trop rarement les besoins de formation ou de reconversion pour raisons de handicap ou de santé », et les régions qui « doivent mettre en place des programmes régionaux d’accès à la formation et à la qualification professionnelle des personnes handicapées ».

Le taux d’inactivité (57 %) comme le taux de chômage (19 %) des personnes handicapées sont presque deux fois plus élevés que ceux de la population dans son ensemble, souligne le rapport.

Les entreprises « considèrent trop les personnes handicapées du point de vue de leur handicap, de leurs limitations, plutôt que du point de vue de leurs compétences », a commenté Mme Gillot sur France Info.

« L’éventail de dispositifs pour accompagner les personnes handicapées vers l’emploi est (…) d’une complexité très grande, avec trop d’interlocuteurs, des cloisonnements », a-t-elle ajouté. « Il y a vraiment besoin de simplifier, de rendre les choses plus rationnelles, plus performantes, et de généraliser l’information et l’accompagnement des personnes vers l’emploi ».

Le rapport recommande de « réduire les délais et simplifier les formalités d’accès aux différents droits », notamment en accordant la reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH) « pour une durée plus longue, voire définitivement, en cas de handicap irréversible ».

Un second tome contient 34 recommandations pour que les aidants puissent mieux concilier leur rôle de soutien au quotidien d’un proche âgé ou handicapé avec leur vie professionnelle. Pour préserver leur propre santé Mme Gillot propose d’instaurer une visite médicale par semestre, prise en charge à 100 % ainsi que les soins qui en découlent.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2018

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum