Garde d’enfants : plus de places en crèche, moins de recours aux assistantes maternelles

Petite enfance

L’offre d’accueil des enfants de moins de 3 ans poursuit sa progression en France, notamment dans les structures collectives, mais le recours aux assistantes maternelles continue d’être boudé des parents, selon des chiffres de la Caisse nationale d’allocations familiales.

En 2016, la capacité théorique d’accueil des tout-petits s’élevait à 1,37 million de places, soit 58,1 places pour 100 bambins de moins de 3 ans, indique la lettre annuelle de l’Observatoire national de la petite enfance publiée mercredi 17 occtobre 2018 .

Par rapport à 2015, qui comptait 56,6 places pour 100 enfants, ce chiffre est en hausse de plus d’un point, une évolution due à la création de places supplémentaires en accueil collectif (crèches collectives, familiales, parentales, ou micro-crèches) mais surtout à la baisse de la natalité constatée ces dernières années, précise cet Observatoire. Dans le détail, pour 100 enfants, il y avait 18,5 places en crèche, 33,5 places chez les assistantes maternelles, deux places en garde à domicile, et quatre places pour la scolarisation précoce en maternelle.

Si l’offre d’accueil auprès d’une assistante maternelle, qui garde chez elle un ou plusieurs enfants, est restée la plus élevée avec plus de 789 000 places, la baisse du recours à ce mode de garde s’est confirmée. Selon la Cnaf, elle a reculé de 0,8 % par rapport à 2015. Selon des données provisoires pour 2017, la baisse va se poursuivre, avec une diminution du nombre d’enfants accueillis par une assistante maternelle estimée à 1 % entre 2016 et 2017.
D’après ces mêmes données anticipées, près de 10 800 places en crèches ont été créées entre 2016 et 2017. Bien qu’elles ne représentent que 9,2 % de l’offre d’accueil collectif, les micro-crèches seraient à l’origine de la grande majorité des créations, proposant 7 200 places supplémentaires.

Entre les départements, les disparités dans l’accueil des tout-petits demeurent fortes : de 10 places pour 100 enfants en Guyane à plus de 92 en Haute-Loire, souligne l’Observatoire. En Île-de-France, Paris et les Hauts-de-Seine ont une offre respectivement de 69 et 65 places, tandis que la Seine-Saint-Denis ou le Val-d’Oise ont moins de 40 places théoriques.

La dernière convention d’objectif et de gestion (Cog), signée entre l’État et la Cnaf, fixe un objectif de 30 000 places en crèche supplémentaires d’ici la fin du quinquennat. Elle instaure en outre des bonus financiers pour les collectivités qui créeraient des places dans les territoires sous-dotés ou favoriseraient l’accueil d’enfants handicapés ou pauvres dans les crèches.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2018

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum