Indemnisation chômage

Protection sociale

Les contrats conclus par les centres de gestion en vue « d’assurer des missions temporaires » sont soumis à la majoration du taux de contributions au régime d’assurance chômage, dans la mesure où ces missions correspondent à un besoin occasionnel ou saisonnier ou à un accroissement temporaire d’activité.

Conformément à l’avenant du 29 mai 2013, modifiant l’article 3 de la Convention du 6 mai 2011 relative à l’indemnisation du chômage, qui a ensuite été repris à l’article 4 de la Convention du 14 mai 2014, le taux des contributions au régime d’assurance chômage est majoré pour les contrats d’une durée inférieure ou égale à trois mois.

L’accord n° 25 du 14 mai 2014, pris pour l’application de l’article 4 de la Convention du 14 mai 2014 et de l’article 52 du règlement général annexé, précise les dispositions applicables aux employeurs publics.

Tous les employeurs publics, y compris les collectivités territoriales, qui ont adhéré au régime d’assurance chômage, sont soumis à la majoration de la part patronale des contributions d’assurance chômage. Les contrats conclus par les services de missions temporaires des centres de gestion, prévus à l’article 25 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, ne sont pas expressément exclus de la majoration.

Par ailleurs, leur assimilation aux contrats de travail temporaire mentionnés aux articles L. 1251-1 et suivants du Code du travail exclus de la majoration n’est pas envisageable dans la mesure où les centres de gestion n’ont pas le statut d’entreprise de travail temporaire. La majoration s’applique aux contrats à durée déterminée conclus « pour faire face à un besoin lié à un accroissement temporaire d’activité ».

 

Texte de référence : Question écrite n° 62951 du 12 août 2014 de M. Éric Straumann à M. le ministre de l’Emploi et du Dialogue social, Réponse publiée au JO du 14 avril 2015

L'analyse des spécialistes

  • Le retrait de délégation à un adjoint Élus

    Le retrait de délégation à un adjoint

    02/05/19
    « L'adjoint au maire est élu par le conseil municipal (et non pas nommé par le maire), mais, à l'exception de ses qualités d'officier d'état-civil et d'officier de police judiciaire, qu'il exerce de plein droit, il ne dispose de compétences que dans la mesure où le maire lui en délègue ».
  • Loi Élan : focus sur le PLU Urbanisme

    Loi Élan : focus sur le PLU

    18/04/19
    La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi Élan, contient un certain nombre de dispositions relatives aux documents d’urbanisme, et plus particulièrement au plan local d’urbanisme (PLU).
  • La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification Urbanisme

    La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification

    16/04/19
    La loi Élan du 23 novembre 2018 participe de la stratégie « logement » initiée par le gouvernement. Elle s’articule autour de quatre objectifs politiques : construire plus, mieux et moins cher ; faire évoluer le logement social ; répondre aux besoins de chacun ; améliorer le cadre de vie.
  • Tous les articles juridiques