Rémunération des fonctionnaires : nouveau rendez-vous « manqué », selon les syndicats

Rémunération

Les syndicats de fonctionnaires ont jugé mardi 2 juillet 2019 « manqué » le « rendez-vous salarial » qui s’est tenu le jour-même avec le secrétaire d’État chargé de la Fonction publique, Olivier Dussopt.

Quatre d’entre eux (CGT, FO, FSU, Solidaires) ont quitté la réunion avant la fin, estimant qu’« aucune véritable revendication salariale » des agents n’avait été prise en compte, à commencer par le dégel du point d’indice qui sert à calculer leur rémunération. Gelé de 2010 à 2016, il l’est à nouveau depuis 2018.

Bercy a annoncé, dans un communiqué, la poursuite, en 2020, du dispositif « parcours professionnels, carrières et rémunérations » (PPCR), mis en place par le précédent gouvernement et qui vise à revaloriser les carrières des agents publics en échange de leur allongement, un « engagement financier de 850 millions d’euros » pour la même année. Des groupes de travail sur la « rémunération au mérite » des agents publics devraient par ailleurs être mis en place dès la rentrée.

Bercy a également prévu la réévaluation de l’indemnité compensatrice de la hausse de la CSG pour la seule année 2020, celle des frais de repas et du chèque emploi service universel dédié à la garde d’enfants, autant de mesures qui n’ont « rien à voir avec des mesures salariales », a estimé Jean-Marc Canon (CGT).

La CFDT a évoqué, comme en 2018, un rendez-vous « loin d’être à la hauteur des attentes des agents », qui « enchaînent les mauvaises années » et des annonces « une nouvelle fois limitées ».

« Pas de… Pas de… Voilà donc la réponse du gouvernement aux légitimes revendications de mesures générales des agents », a déploré Solidaires, tandis que l’Unsa a estimé que « seules des pistes portant sur des mesures techniques illisibles et inéquitables ont été annoncées ».

Outre le gel du point d’indice, les syndicats dénoncent la « non-compensation » de la hausse de la CSG pour les fonctionnaires au-delà de 2020 et la réinstauration du « jour de carence ». Ils accusent le gouvernement de vouloir, à travers son projet de loi de transformation de la fonction publique, son alignement sur les règles du privé au détriment du statut de fonctionnaire.

Selon des chiffres attribués par la CGT à la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP), 1,1 million d’agents publics – sur 5,5 millions – sont dans une précarité accrue aujourd’hui, avec une rémunération égale au SMIC ou de seulement 10 % plus élevée, soit deux fois plus qu’il y a 20 ans.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2019

REJOIGNEZ LE RÉSEAU DE L’EMPLOI PUBLIC

Accélérez votre carrière et favorisez votre mobilité avec weka.jobs !
En un clic retrouvez les offres d’emploi qui vous correspondent proposées par les établissements publics de votre région et, grâce à un réseau de + de 120 000 professionnels, rentrez directement en contact avec vos futurs collègues.

Découvrir le réseau

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum