Le fonctionnaire dont le détachement a été interrompu avant son terme peut-il être indemnisé ?

Rémunération

Oui : le fonctionnaire dont le détachement, initialement prévu pour une durée de cinq ans, a été interrompu de manière anticipée, sans que celui-ci ait eu connaissance des motifs de fait justifiant cette mesure et alors qu’il se trouvait dans cette position depuis plus de seize ans, est en droit d’obtenir, au titre de ladite période, le versement d’une indemnité correspondant à la différence entre la rémunération qu’il percevait sur son emploi d’origine et celle qu’il a perçue sur son emploi de détachement, assortie d’une indemnité en réparation de l’atteinte portée à sa réputation et des troubles causées à ses conditions d’existence.

Dans un arrêt en date du 26 février 2010, la Cour administrative d’appel de Nantes a estimé que : considérant qu’en mettant fin, le 1er mars 2005, de manière anticipée au détachement de M. X en qualité de directeur territorial, sans que celui-ci ait eu connaissance des motifs de fait justifiant cette mesure et alors qu’il se trouvait dans cette position depuis plus de seize ans, le président de la région Basse-Normandie a porté atteinte à la réputation de l’intéressé et causé des troubles dans les conditions d’existence de celui-ci ; que, dans les circonstances de l’espèce, il sera fait une juste appréciation de ces préjudices ainsi subis en allouant à M. X une indemnité de 5 000 euros.

Au surplus, M. X, dont le maintien en position de détachement était prévu pour une durée de cinq ans à compter du 1er septembre 2003, ne saurait prétendre, au titre de la période comprise entre le 1er mars 2005 et le 31 août 2008, au bénéfice de la prime dite de détachement, de la prime de résidence ainsi qu’aux indemnités allouées aux régisseurs de recettes et d’avances, lesquelles sont liées à l’exercice effectif des fonctions. Pour le même motif, M. X ne saurait, non plus, prétendre au versement de la somme qu’il sollicite à raison de la perte de l’avantage consistant en l’attribution de tickets-restaurants, pendant la période définie ci-dessus. En revanche, M. X est en droit d’obtenir, au titre de ladite période, le versement d’une indemnité correspondant à la différence entre la rémunération qu’il percevait en qualité de directeur territorial et celle qu’il a perçue en qualité d’inspecteur principal des impôts de la part de son administration ; que le montant de celle-ci peut être évalué à 2 000 euros. Enfin, la région Basse-Normandie versera à M. X une somme de 1 500 euros au titre de l’article L. 761-1 du Code de justice administrative.

André Icard

Texte de référence : Cour Administrative d’Appel de Nantes, 4e Chambre, 26 février 2010, n° 08NT03130, Inédit au recueil Lebon

Source : publié sur andre.icard.

L'analyse des spécialistes

  • Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets Partenariat public-privé

    Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets

    31/05/18
    Les Cours des comptes européenne et française partagent un constat similaire et émettent des alertes de bon sens. Mais ces alertes doivent s’appliquer selon notre point de vue à tous types de projets du secteur public, et pas qu’aux PPP. Quant à ces derniers, ils pourraient continuer à procurer des effets vertueux au secteur public, à condition d’y avoir recours pour des bonnes raisons et d’une manière adéquate.
  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • Tous les articles juridiques