Mobilité des fonctionnaires : les indemnités seront nivelées vers le haut pour les agents de l'État

Rémunération

Le décret ministériel du 10 mai relatif à l’indemnité d’accompagnement à la mobilité dans la fonction publique de l’État permet à ses agents de continuer à toucher les primes et indemnités de leur ancien service.

« Un fonctionnaire de l’État, qui est conduit, dans le cadre de la restructuration de son service et à l’initiative de l’administration, à exercer ses fonctions par suite d’une mutation, d’un détachement, ou d’une intégration directe, dans un autre emploi de la fonction publique (…) peut, à titre personnel, conserver le bénéfice du plafond réglementaire des régimes indemnitaires applicables dans son corps ou emploi », dispose le décret n° 2011-513 émanant du ministère de la Fonction publique émis ce 10 mai.

Concrètement, un agent changeant de service pour cause de réorganisation de celui-ci pourra continuer à percevoir les primes et indemnités liées à ce service. La vraie nouveauté étant l’indemnité de mobilité, qui permet à l’agent, si les dites primes sont inférieures à celles du nouveau service sur l’année, de percevoir une indemnité mensuelle équivalant à la différence entre celles de son ancien et de son nouveau service, et ce pendant 3 ans maximum. Il y a bien sûr des exceptions, « sont exclus de la détermination de ce montant :

– la garantie individuelle du pouvoir d’achat, ainsi que les indemnités compensatrices ou différentielles destinées à compléter le traitement indiciaire ;

– l’indemnité de résidence ;

– le supplément familial de traitement ;

– les primes et indemnités qui ont le caractère de remboursement de frais ;

– toutes les majorations et indexations relatives à l’outre-mer ;

– les émoluments servis aux agents en poste à l’étranger ;

– les primes et indemnités liées au changement de résidence, à la primo-affectation, à la mobilité géographique et aux restructurations ;

– les avantages en nature ;

– les primes et indemnités liées à l’organisation et au dépassement du cycle de travail ;

– les indemnités d’enseignement ou de jury ainsi que les autres indemnités non directement liées à l’emploi ».

L'analyse des spécialistes

  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Le régime des CCAS : qu'en est-il de l'extension des possibilités de délégation dans les CCAS ? Administration

    Le régime des CCAS : qu’en est-il de l’extension des possibilités de délégation dans les CCAS ?

    29/08/18
    Le centre communal d'action sociale, créé dans toute commune de 1 500 habitants ou plus, a pour mission d'animer une action générale de prévention et de développement social dans la commune, en liaison étroite avec les institutions publiques et privées, et de participer à l'instruction des demandes d'aide sociale.
  • Acheteur public

    Le nouveau RGPD et ses incidences sur les marchés et plus précisément sur les acheteurs publics

    09/07/18
    Le règlement général sur la protection des données (RGPD - n° 2016/679), ou « RGPD », est entré en application le 25 mai 2018 dans l'ensemble de l'Union européenne.
  • Tous les articles juridiques