Prescription et retenues sur le traitement

Rémunération

Les créances des personnes publiques sont soumises à la prescription quadriennale instituée par la loi du 29 janvier 1831 et régie actuellement par la loi n° 68-1250 du 31 décembre 1968.

Cette prescription concerne les créances de toute nature détenues par une personne physique ou morale sur toute personne publique dotée d’un comptable public. La prescription peut être interrompue, voire suspendue et ne peut être opposée que par l’ordonnateur lui-même.

La loi de finances du 28 décembre 2011 a fixé à deux ans la prescription en cas de sommes versées en trop par l’administration aux agents publics, cette règle n’est pas applicable lorsque l’agent est à l’origine du versement indu par manque d’information de l’administration ou par la transmission d’informations erronées. La loi du 17 juin 2008 a prévu un délai de dix ans pour la prescription des titres exécutoires.

 

Textes de référence :

Loi du 29 janvier 1831 portant règlement du budget définitif de l’exercice 1828 et des dispositions sur la déchéance des créanciers de l’État, sur la division du budget des dépenses, etc.

Loi n° 68-1250 du 31 décembre 1968 relative à la prescription des créances sur l’État, les départements, les communes et les établissements publics

Loi n° 2008-561 du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile

L'analyse des spécialistes

  • L'entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ? Santé

    L’entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ?

    03/07/20
    Le remplacement de la notation par l’entretien professionnel dans la fonction publique hospitalière vise à retisser le lien - altéré par le système de notation - entre la valeur professionnelle de l’agent, sa rémunération et le déroulement de sa carrière.
  • Second tour des élections municipales et procurations Élus

    Second tour des élections municipales et procurations

    23/06/20
    L'actualité récente relative au second tour des élections municipales, notamment les articles dans la presse faisant état de manœuvres frauduleuses en ce qui concerne l'établissement des procurations, a relégué en arrière-plan deux textes récents qui assouplissent les conditions des procurations pour lutter contre l'abstention. Toutefois, une vigilance sera nécessaire pour garantir la sincérité du scrutin.
  • La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020 Élus

    La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020

    18/06/20
    La loi du 23 mars 2020 a maintenu le premier tour du 15 mars 2020 et reporté le second tour des élections municipales. Dans une décision n° 2020-849 QPC du 17 juin 2020 M. Daniel D. et autres, le Conseil constitutionnel a jugé que cette loi est conforme à la Constitution1.
  • Tous les articles juridiques