Relèvement du minimum de traitement dans la fonction publique

Rémunération

La ministre de la réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, a présenté en conseil des ministres, mercredi 4 juillet, un décret portant relèvement du minimum de traitement dans la fonction publique et attribution de points d’indice majoré à certains personnels civils et militaires de l’État, personnels des collectivités territoriales et des établissements publics de santé.

« Pour tenir compte de l’augmentation au 1er juillet 2012 du salaire minimum de croissance (Smic), le décret relève le minimum de traitement fixé par la grille régissant les rémunérations de la fonction publique en le portant, à compter de cette date, à l’indice majoré 308 (indice brut 244), ce qui représente une rémunération mensuelle brute de 1 426,13 € », déclare le communiqué publié par le gouvernement au sortir de sa réunion hebdomadaire.

Le gain pour un agent rémunéré à ce niveau sera de 27,78 € bruts mensuels et de 333,38 € bruts annuel.

La hausse du Smic implique également une revalorisation du niveau des rémunérations en début de carrière des agents de catégorie C et B, qui se trouve donc réhaussé, « afin de garantir le maintien de la progression indiciaire de ces agents ».

Cette revalorisation se traduit par l’octroi de 1 à 6 points d’indice majoré supplémentaires, selon les échelons des corps concernés.

  • 6 points supplémentaires de l’indice brut 244 à l’indice brut 323 ;
  • 5 points supplémentaires à l’indice brut 324 ;
  • 4 points supplémentaires de l’indice brut 325 à l’indice brut 327 ;
  • 3 points supplémentaires aux indices bruts 328 et 329 ;
  • 2 points supplémentaires aux indices bruts 330 et 331 ;
  • 1 point supplémentaire à l’indice brut 332.

Pour les employeurs publics, cette augmentation représente une dépense en année pleine de l’ordre de 546,9 millions d’euros (113,2 millions pour la fonction publique de l’État, 314 millions pour la fonction publique territoriale et 119,7 millions pour la fonction publique hospitalière). 1,1 million d’agents publics au total doivent bénéficier de cette mesure.

L'analyse des spécialistes

  • Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale Urbanisme

    Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale

    27/07/20
    Deux ordonnances, prises en application de la loi Élan de 2018, ont été publiées le 18 juin 2020 afin de simplifier la planification territoriale.
  • Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI Élus

    Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI

    24/07/20
    L’article 11 de la loi n° 2020-760 du 22 juin 2020 s’inscrit dans la continuité de la loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 dite « engagement et proximité ». Cette dernière a pour objectif de retisser le lien entre l’État et les élus locaux, particulièrement les maires qui se sont estimés malmenés depuis l’adoption de la loi NOTRe. L’article 11 précité contribue à repositionner les maires dans l’intercommunalité en supprimant l’automaticité des transferts des pouvoirs de police spéciale aux présidents des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) au moment de leur élection.
  • L'élaboration du projet de loi "3D" à l’épreuve de la Covid-19 Administration

    L’élaboration du projet de loi « 3D » à l’épreuve de la Covid-19

    10/07/20
    Le 6 janvier 2020, Madame Jacqueline Gourault a prononcé un discours à Arras dans lequel elle exposait le souhait du Gouvernement d'associer les élus locaux à la construction d'un projet de loi visant à redéfinir les relations entre l'État et les collectivités territoriales1. Des concertations devaient être menées jusqu'en juin 2020.
  • Tous les articles juridiques