Relèvement du minimum de traitement dans la fonction publique

Rémunération

La ministre de la réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, a présenté en conseil des ministres, mercredi 4 juillet, un décret portant relèvement du minimum de traitement dans la fonction publique et attribution de points d’indice majoré à certains personnels civils et militaires de l’État, personnels des collectivités territoriales et des établissements publics de santé.

« Pour tenir compte de l’augmentation au 1er juillet 2012 du salaire minimum de croissance (Smic), le décret relève le minimum de traitement fixé par la grille régissant les rémunérations de la fonction publique en le portant, à compter de cette date, à l’indice majoré 308 (indice brut 244), ce qui représente une rémunération mensuelle brute de 1 426,13 € », déclare le communiqué publié par le gouvernement au sortir de sa réunion hebdomadaire.

Le gain pour un agent rémunéré à ce niveau sera de 27,78 € bruts mensuels et de 333,38 € bruts annuel.

La hausse du Smic implique également une revalorisation du niveau des rémunérations en début de carrière des agents de catégorie C et B, qui se trouve donc réhaussé, « afin de garantir le maintien de la progression indiciaire de ces agents ».

Cette revalorisation se traduit par l’octroi de 1 à 6 points d’indice majoré supplémentaires, selon les échelons des corps concernés.

  • 6 points supplémentaires de l’indice brut 244 à l’indice brut 323 ;
  • 5 points supplémentaires à l’indice brut 324 ;
  • 4 points supplémentaires de l’indice brut 325 à l’indice brut 327 ;
  • 3 points supplémentaires aux indices bruts 328 et 329 ;
  • 2 points supplémentaires aux indices bruts 330 et 331 ;
  • 1 point supplémentaire à l’indice brut 332.

Pour les employeurs publics, cette augmentation représente une dépense en année pleine de l’ordre de 546,9 millions d’euros (113,2 millions pour la fonction publique de l’État, 314 millions pour la fonction publique territoriale et 119,7 millions pour la fonction publique hospitalière). 1,1 million d’agents publics au total doivent bénéficier de cette mesure.

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques