Rémunération des fonctionnaires : discussions achevées en février

Rémunération

La ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, a indiqué vendredi 28 septembre, après la présentation du projet de budget 2013, que les discussions sur les rémunérations des fonctionnaires, qui doivent démarrer début octobre, seraient tranchées en février.

« Avec les organisations syndicales de fonctionnaires, nous devons (…) travailler et choisir entre des mesures générales ou de meilleures carrières pour les catégories C et B », les plus mal payées, a indiqué la ministre. « Nous ouvrirons ce chantier début octobre. Il devrait être tranché en  2013 », a-t-elle ajouté.

Les organisations syndicales réclament une hausse du point d’indice qui sert de base de calcul au salaire de l’ensemble des agents et qui est gelé depuis 2010. Mais la marge financière de Mme Lebranchu est plus qu’étroite, car le projet de loi de finances 2013 prévoit une quasi-stabilisation de la masse salariale de l’État, à 80,6 milliards d’euros (contre 80,4 milliards en 2012).

En outre, les mesures catégorielles d’augmentation des fonctionnaires sont limitées à 310 millions d’euros en 2013, contre près de 550 millions par an entre 2008 et 2012.

En termes d’effectifs, le projet de budget prévoit la suppression de 12 298 postes dans les ministères « non prioritaires » au profit de la création de 11 000 postes dans l’Éducation, la Justice, et la Police. Le gouvernement s’est engagé à maintenir les effectifs de fonctionnaires stables sur le quinquennat, là où plus de 150 000 postes ont été supprimés lors du précédent quinquennat, dégageant une manne financière reversée pour partie aux agents.

Mme Lebranchu a fait valoir que « les priorités du gouvernement sont claires : école, police-justice, emploi-logement ».

« Le gouvernement Fillon, pour 2012, a laissé un déficit de 90,7 milliards en supprimant 30 000 postes de fonctionnaires. Pour 2013, le gouvernement Ayrault réduit de 30 milliards nos déficits en ne supprimant aucun poste », a-t-elle souligné.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

L'analyse des spécialistes

  • Le service de la restauration scolaire des écoles primaires est-il obligatoire pour les communes ? Éducation

    Le service de la restauration scolaire des écoles primaires est-il obligatoire pour les communes ?

    20/02/18
    En dépit de sa vocation sociale, le service de la restauration scolaire des écoles primaires ne constitue pas un service public obligatoire. Toutefois, lorsqu’elle est créée, la cantine scolaire communale doit garantir, dans son fonctionnement, un droit au libre accès et l’absence de toute discrimination.
  • Valoriser sa démarche environnementale dans les appels d’offres publics Appel d'offres

    Appels d’offres publics : valoriser sa démarche environnementale et intégrer les critères RSE

    14/02/18
    Selon les termes de l’article 10 du décret du 25 mars 2016 pour des spécifications « d’ordre environnemental, social ou autre », les acheteurs peuvent recourir à des labels dans leur consultation afin d’inclure des critères RSE dans leur politique d’achat. La question se pose cependant de savoir si, d’un point de vue juridique, le recours à un label d'acheteur, quel qu’il soit, est de nature à porter atteinte à l’égalité de traitement des candidats et donc in fine à fragiliser juridiquement les appels d’offres ?
  • Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe Intercommunalité

    Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe : quelles conséquences ?

    04/01/18
    La loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale pour la République (dite loi « NOTRe ») attribue, à titre obligatoire, les compétences « eau » et « assainissement » aux communautés de communes et aux communautés d’agglomération, à compter du 1er janvier 2020.
  • Tous les articles juridiques