Compte épargne-temps : modifications relatives à la territoriale

Retraite

Un décret du 20 mai dernier modifie certaines dispositions relatives au compte épargne-temps dans la fonction publique territoriale.

Le décret n° 2010-531 paru au Journal officiel du 22 mai 2010 indique que le compte épargne-temps est ouvert « à la demande de l’agent, qui est informé annuellement des droits épargnés et consommés ».

Délibération relative au compte épargne-temps

Lorsque la collectivité ou l’établissement n’a pas prévu, par délibération, l’indemnisation ou la prise en compte au sein du régime de retraite additionnelle de la fonction publique des droits ainsi épargnés sur le compte épargne-temps au terme de chaque année civile, « l’agent ne peut les utiliser que sous forme de congés ».

Lorsque la collectivité ou l’établissement a pris une telle délibération, si au terme de chaque année civile le nombre de jours inscrits sur le compte est inférieur ou égal à vingt, « l’agent ne peut utiliser les droits ainsi épargnés que sous forme de congés ». Par contre, si au terme de chaque année civile, le nombre de jours inscrits sur le compte est supérieur à vingt, l’agent titulaire opte dans les proportions qu’il souhaite pour une prise en compte au sein du régime de retraite additionnelle de la fonction publique, pour une indemnisation, ou pour un maintien sur le compte épargne-temps.

Le décret prévoit qu’en l’absence d’exercice d’une option par l’agent titulaire, « les jours excédant vingt jours sont pris en compte au sein du régime de retraite additionnelle de la fonction publique ».

Situation des non-titulaires

De son côté, l’agent non titulaire opte dans les proportions qu’il souhaite pour une indemnisation ou pour un maintien sur le compte épargne-temps.

Franck Vercuse
 

Texte de référence :

L'analyse des spécialistes

  • Loi « Engagement et proximité », une simplification du fonctionnement du conseil municipal dans les communes rurales Élus

    Loi « Engagement et proximité », une simplification du fonctionnement du conseil municipal dans les communes rurales

    11/02/20
    La loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique consacre un titre II intitulé « simplifier le fonctionnement du conseil municipal ». Ces mesures auront un impact essentiellement dans les communes de petites tailles.
  • Report de la caducité des plans d’occupation des sols (POS) au 31 décembre 2020 Urbanisme

    Report de la caducité des plans d’occupation des sols (POS) au 31 décembre 2020

    06/02/20
    En repoussant la date de caducité des plans d’occupation des sols (POS) du 31 décembre 2019 au 31 décembre 2020, le législateur offre un nouveau répit aux communes membres d’intercommunalités dont le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) est en cours d’élaboration.
  • "Circulaire Castaner" : le Conseil d'État, garant du clivage gauche/droite ? Élus

    « Circulaire Castaner » : le Conseil d’État, garant du clivage gauche/droite ?

    04/02/20
    Dans son ordonnance n° 437675, 437795, 437805, 437824, 437910, 437933 du 31 janvier 20201, le Conseil d'État a partiellement suspendu l'exécution de la circulaire du 10 décembre 2019 du ministre de l'Intérieur relative à l'attribution des nuances politiques aux candidats aux élections municipales et communautaires des 15 et 22 mars 2020.
  • Tous les articles juridiques