Une indemnité de départ volontaire dans la fonction publique territoriale

Retraite

Un décret publié au Journal officiel du 20 décembre vient enfin transposer l’indemnité de départ volontaire, existant pour les fonctionnaires d’État depuis avril 2008, à la fonction publique territoriale.

Une indemnité de départ volontaire peut être attribuée aux fonctionnaires qui quittent définitivement la territoriale à la suite d’une démission régulièrement acceptée ainsi qu’aux agents non titulaires de droit public recrutés pour une durée indéterminée et qui démissionnent pour les motifs suivants : restructuration de service, départ définitif pour créer ou reprendre une entreprise ou pour mener à bien un projet personnel.

Modalités d’élaboration de l’indemnité

Le texte prévoit qu’il appartient à l’organe délibérant de la collectivité territoriale ou de l’établissement public de fixer, après avis du comité technique paritaire, « les services, les cadres d’emplois et les grades concernés par une restructuration de service et pour lesquels l’indemnité peut être attribuée ». Il fixe également « les conditions d’attribution et le montant de l’indemnité, modulé le cas échéant en fonction de l’ancienneté de l’agent dans l’administration ».

Dans les autres cas, la collectivité territoriale ou l’établissement public local fixe, par voie de délibération et après avis du comité technique paritaire, les conditions d’attribution de l’indemnité. L’autorité exécutive détermine le montant individuel versé à l’agent « en tenant compte des orientations générales de sa politique de gestion des ressources humaines et de l’ancienneté dans l’administration ou du grade détenu par l’agent ».

Montant plafonné

Le montant de l’indemnité de départ volontaire ne pourra toutefois excéder une somme équivalente au double de la rémunération brute annuelle perçue par l’agent au cours de l’année civile précédant celle du dépôt de sa demande de démission. L’indemnité de départ volontaire est versée en une seule fois dès lors que la démission est devenue effective.

Ne peuvent bénéficier de l’indemnité de départ volontaire « que les agents ayant effectivement démissionné au moins cinq ans avant la date d’ouverture de leurs droits à pension ».

Remboursement

L’agent qui, dans les cinq années suivant sa démission, est recruté en tant qu’agent titulaire ou non titulaire pour occuper un emploi de la fonction publique de l’État ou de la territoriale ou de leurs établissements publics respectifs ou un emploi de la fonction publique hospitalière « est tenu de rembourser à la collectivité ou à l’établissement public qui a versé l’indemnité de départ volontaire, au plus tard dans les trois ans qui suivent le recrutement, les sommes perçues au titre de cette indemnité ».

Christophe Belleuvre

Texte de référence :

L'analyse des spécialistes

  • rgpd-marches-acheteurs-publics Acheteur public

    Le nouveau RGPD et ses incidences sur les marchés et plus précisément sur les acheteurs publics

    09/07/18
    Le règlement général sur la protection des données (RGPD - n° 2016/679), ou « RGPD », est entré en application le 25 mai 2018 dans l'ensemble de l'Union européenne.
  • La médiation en droit de la fonction publique : un préalable obligatoire Fonction publique

    La médiation en droit de la fonction publique : un préalable obligatoire

    25/06/18
    « La médiation accompagne un immense mouvement de l’humanité moderne : avoir le droit d’être différent, mais vivre ensemble cette différence sans souffrir ni faire souffrir, sans être détruit, ni détruire, sans vainqueur ni vaincu », cette citation de Stephen Bensimon (Panorama des médiations du monde L’Harmattan, 2010) doit aujourd’hui faire sa place en droit public.
  • Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets Partenariat public-privé

    Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets

    31/05/18
    Les Cours des comptes européenne et française partagent un constat similaire et émettent des alertes de bon sens. Mais ces alertes doivent s’appliquer selon notre point de vue à tous types de projets du secteur public, et pas qu’aux PPP. Quant à ces derniers, ils pourraient continuer à procurer des effets vertueux au secteur public, à condition d’y avoir recours pour des bonnes raisons et d’une manière adéquate.
  • Tous les articles juridiques