Une indemnité de départ volontaire dans la fonction publique territoriale

Retraite

Un décret publié au Journal officiel du 20 décembre vient enfin transposer l’indemnité de départ volontaire, existant pour les fonctionnaires d’État depuis avril 2008, à la fonction publique territoriale.

Une indemnité de départ volontaire peut être attribuée aux fonctionnaires qui quittent définitivement la territoriale à la suite d’une démission régulièrement acceptée ainsi qu’aux agents non titulaires de droit public recrutés pour une durée indéterminée et qui démissionnent pour les motifs suivants : restructuration de service, départ définitif pour créer ou reprendre une entreprise ou pour mener à bien un projet personnel.

Modalités d’élaboration de l’indemnité

Le texte prévoit qu’il appartient à l’organe délibérant de la collectivité territoriale ou de l’établissement public de fixer, après avis du comité technique paritaire, « les services, les cadres d’emplois et les grades concernés par une restructuration de service et pour lesquels l’indemnité peut être attribuée ». Il fixe également « les conditions d’attribution et le montant de l’indemnité, modulé le cas échéant en fonction de l’ancienneté de l’agent dans l’administration ».

Dans les autres cas, la collectivité territoriale ou l’établissement public local fixe, par voie de délibération et après avis du comité technique paritaire, les conditions d’attribution de l’indemnité. L’autorité exécutive détermine le montant individuel versé à l’agent « en tenant compte des orientations générales de sa politique de gestion des ressources humaines et de l’ancienneté dans l’administration ou du grade détenu par l’agent ».

Montant plafonné

Le montant de l’indemnité de départ volontaire ne pourra toutefois excéder une somme équivalente au double de la rémunération brute annuelle perçue par l’agent au cours de l’année civile précédant celle du dépôt de sa demande de démission. L’indemnité de départ volontaire est versée en une seule fois dès lors que la démission est devenue effective.

Ne peuvent bénéficier de l’indemnité de départ volontaire « que les agents ayant effectivement démissionné au moins cinq ans avant la date d’ouverture de leurs droits à pension ».

Remboursement

L’agent qui, dans les cinq années suivant sa démission, est recruté en tant qu’agent titulaire ou non titulaire pour occuper un emploi de la fonction publique de l’État ou de la territoriale ou de leurs établissements publics respectifs ou un emploi de la fonction publique hospitalière « est tenu de rembourser à la collectivité ou à l’établissement public qui a versé l’indemnité de départ volontaire, au plus tard dans les trois ans qui suivent le recrutement, les sommes perçues au titre de cette indemnité ».

Christophe Belleuvre

Texte de référence :

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques