Présentation des grandes lignes du PLFSS 2021

Sanitaire et social

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 intègre les revalorisations salariales décidées lors du « Ségur de la santé » et les dépenses pour faire face à la crise sanitaire.

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, le ministre des Solidarités et de la Santé, le ministre délégué chargé des Comptes publics, la ministre déléguée chargée de l’Autonomie, la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées et le secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles ont présenté, le 29 septembre 2020, le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2021. Le PLFSS pour l’an prochain « constitue l’un des exercices les plus singuliers depuis la création du PLFSS en 1996, tant au vu de la crise sanitaire et de son impact sur les finances sociales qu’en raison des transformations structurelles qu’il porte », ont déclaré d’une seule voix Bruno Le Maire, Olivier Véran, Olivier Dussopt, Brigitte Bourguignon, Sophie Cluzel et Adrien Taquet.

Le texte prévoit des mesures pour répondre à la crise sanitaire, tant pour protéger la santé des Français que pour amortir ses conséquences sur leur niveau de vie et l’activité des entreprises. Mais ce PLFSS 2021 se veut également « un engagement d’avenir », ont assuré les ministres. Le premier engagement, c’est celui du « Ségur de la santé », qui trouvera son inscription dans la loi, « avec des revalorisations salariales historiques ». Autre grand défi de la sécurité sociale, la cinquième branche dédiée à l’autonomie, que le PLFSS pour 2021 matérialise pour la première fois.

En 2021, les dépenses de l’assurance maladie, en prenant en compte la poursuite de la lutte contre la Covid-19 et le déploiement des mesures du « Ségur de la santé », sont estimées donc à 224,6 milliards d’euros, soit une évolution à champ constant de + 3,5 % par rapport au budget 2020 rectifié. Avec, notamment :

  • 98,9 milliards d’euros pour les soins de ville,
  • 92,3 milliards d’euros pour les établissements de santé,
  • 13,4 milliards d’euros pour les établissements et services médico-sociaux pour personnes âgées,
  • 12,4 milliards d’euros pour les établissements et services médico-sociaux pour personnes handicapées.

Voici le détail des 12,5 milliards d’euros de dépenses supplémentaires prévues pour 2021 :

  • 4,6 milliards d’euros pour les mesures salariales dans les établissements sanitaires,
  • 500 millions d’euros pour la réforme du financement des établissements de santé,
  • 600 millions d’euros dédiés à des projets hospitaliers et à l’agilité des capacités d’hospitalisation,
  • 1,4 milliard d’euros pour les mesures salariales dans les Ehpad,
  • 900 millions d’euros consacrés à l’amélioration de la prise en charge des personnes en perte d’autonomie,
  • 200 millions d’euros consacrés à l’amélioration de la prise en charge des populations fragiles,
  • 1,6 milliard d’euros dédié au vieillissement de la population,
  • 400 millions d’euros pour la hausse de la couverture de la sécurité sociale,
  • 200 millions d’euros alloués au dispositif 100 % Santé,
  • 300 millions d’euros pour augmenter la rémunération des professionnels de santé libéraux,
  • 600 millions d’euros pour la modernisation du système de soins (numérique, télésanté et transition écologique),
  • 1 milliard d’euros dédiée à la recherche en santé et à l’innovation médicale.

Posté le par

Recommander cet article