Prévention et sécurité : 41 000 agents territoriaux passés au crible

Santé et sécurité au travail

L’Observatoire de l’emploi, des métiers et des compétences du CNFPT vient de publier une étude consacrée aux collectivités concernées par les compétences de prévention et de sécurité. C’est la première fois qu’une enquête permet d’analyser l’emploi des agents chargés de ces missions dans ses quatre composantes : statutaire, organisationnelle, professionnelle et démographique.

La première partie présente l’organisation des services chargés de la prévention et de la sécurité, elle porte sur les collectivités qui ont du personnel affecté aux missions de prévention et de sécurité, sur l’organisation prévue pour exercer ces missions et sur les activités exercées en rapport avec la prévention et la sécurité. La seconde partie porte sur les agents, tous statuts confondus, affectés aux missions de la prévention et de la sécurité au 31 décembre 2006. C’est-à-dire, les agents ayant un cadre d’emplois de la filière police, exerçant un métier du domaine professionnel de la sécurité ou travaillant, quel que soit leur métier, dans un service ou une direction à laquelle sont rattachées les missions de prévention et/ou de sécurité.

Un métier d’hommes

Parmi les principaux enseignements livrés par cette étude, on peut retenir qu’au 31 décembre 2006, « on dénombre près de 41 000 agents territoriaux affectés aux activités de prévention et de sécurité », indique l’étude. Ils représentent 3,5 % de l’ensemble des territoriaux. Deux tiers de ces agents sont des hommes alors que dans l’ensemble de la fonction publique territoriale, ils ne représentent qu’un peu plus de 39 % des agents. La part des titulaires est plus importante que celle des titulaires de l’ensemble de la fonction publique territoriale (87,1 % contre 69,5 % dans la FPT).

Les agents de catégorie A et B affectés aux missions de prévention et de la sécurité sont en faible proportion, respectivement ils représentent 3,5 % et 8 % alors que pour l’ensemble de la fonction publique territoriale ces taux s’élèvent à 9 % et 14 %. La catégorie C représente près de 81 % des effectifs.

Répartition des filières

Sur les 41 000 agents territoriaux affectés à ces missions, on constate qu’ils sont principalement répartis en trois filières : la filière police municipale représente la part la plus importante (16 597 agents), suivie de la filière technique (11 604 agents) et de la filière administrative (6 827 agents).

Les agents exerçant le métier de policer municipal sont presque entièrement de catégorie C (98,3 %). Ce n’est par contre pas le cas pour les agents de médiation et de prévention (63,4 %), les responsables de service de police municipale (66,1 %), ou les agents de surveillance de la voie publique (73,4 %).

Familles professionnelles

« Les missions de prévention et de sécurité sont affectées à du personnel varié et proche de la population, doté de compétences à la fois administrative et judiciaire », ajoute l’étude.

Néanmoins 68 % des agents chargés des missions de prévention et de sécurité exercent des métiers de la famille professionnelle prévention et sécurité, les autres métiers exercés par ces agents sont des métiers des familles professionnelles administratives, comme les agents de gestion administrative (5 % des agents), les chargés d’accueil (2 %) et technique, tels que les agents de maintenance des équipements sportifs (1,5 %).

Franck Vercuse

Texte de référence :

Étude du CNFPT sur les métiers territoriaux de la prévention et de la sécurité en France au 31 décembre 2006, publiée le 5 novembre 2009

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques