Addictions aux drogues : de nouvelles recommandations de l’Anesm

Santé

L’Anesm formule des recommandations sur la réduction des risques dans les centres d’accueil pour usagers de drogues.

L’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm) a publié, fin novembre, ses recommandations de bonnes pratiques professionnelles portant sur « la réduction des risques et des dommages dans les Centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (CAARUD) ». Celles-ci ont été élaborées dans un contexte d’évolution de ces structures.

En effet, d’un objectif initial centré sur la réduction des risques infectieux liés à l’usage de drogues par injection, la politique de réduction des risques s’étend désormais à l’ensemble des dommages sanitaires et sociaux et à tous les produits. C’est la loi de modernisation de notre système de santé qui a entériné ce cadre d’évolution. Ce texte a notamment autorisé de nouveaux outils et de nouvelles interventions en CAARUD. À savoir : supervision des pratiques de consommation, analyse de produits, tests rapides d’orientation diagnostique (TROD), autotests de détection des maladies infectieuses, naloxone. « Les recommandations de l’Anesm permettent d’accompagner ces changements », précise l’Agence.

Afin de faciliter leur appropriation, les recommandations sont présentées en cinq parties, correspondant aux missions réglementaires des CAARUD. Elles identifient ainsi les bonnes pratiques professionnelles visant l’accueil, l’accès au matériel de réduction des risques et l’adoption de pratiques à moindre risque par les personnes usagères de drogues. Par ailleurs, elles abordent l’accompagnement individuel dans les démarches vers la santé et l’inclusion sociale (emploi, logement, parentalité), selon les attentes et les besoins des personnes. « L’inscription du CAARUD dans un réseau d’acteurs locaux sensibilisés à l’accompagnement des personnes usagères de drogues est donc primordiale », insiste l’Anesm. Pour favoriser cette implantation, les recommandations mettent enfin l’accent sur les démarches de proximité initiées par le CAARUD sur son territoire d’intervention : réduction des risques en milieu festif, travail de rue et médiation sociale en vue de favoriser l’acceptabilité des dispositifs.

 

Pour en savoir plus : www.anesm.sante.gouv.fr

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum