Lancement du 4e Programme national nutrition santé

Santé

La ministre des Solidarités et de la Santé vient de présenter les grands axes du Programme national nutrition santé pour la période 2019-2023.

La ministre des Solidarités et de la Santé a lancé, le vendredi 20 septembre 2019, le 4e Programme national nutrition santé (PNNS). Objectif affiché par Agnès Buzyn : « permettre aux Français de rester en bonne santé tout au long de leur vie grâce à de bons réflexes pour mieux manger et bouger ». Voici les grands axes de ce 4e PNNS, qui couvre la période 2019-2023.

Améliorer pour tous l’environnement alimentaire et physique pour le rendre plus favorable à la santé et pour réduire les inégalités sociales de santé

Cela passe, notamment, par le déploiement de Nutri-Score, y compris en restauration collective, « afin de permettre à chacun de faire un choix éclairé ».

Un travail avec les acteurs économiques sera entrepris en 2020 pour réduire les teneurs en sel, en graisses et en sucre des aliments, tout en augmentant les quantités de fibres. La France s’est engagée auprès de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à réduire de 30 % la consommation de sel des Français d’ici 2025.

Encourager les comportements favorables à la santé

Le site manger-bouger.fr sera mis à jour avec les nouvelles recommandations nutritionnelles. La prochaine campagne grand-public pour les faire connaître est prévue à partir du 22 octobre, pour une durée de 3 semaines.

L’éducation à l’alimentation sera étendue de la maternelle au lycée, avec une mise à disposition d’outils pédagogiques.

Mieux prendre en charge les personnes en surpoids, dénutries ou atteintes de maladies chroniques

En renforçant la prescription d’activité physique adaptée par les médecins et développer la pratique d’activité physique adaptée pour les personnes atteintes de maladies chroniques.

En instaurant une « Semaine nationale de la dénutrition », qui visera, chaque année, à sensibiliser le grand public, les professionnels de santé et du secteur social, à cette maladie qui touche notamment nos aînés.

Impulser une dynamique territoriale

D’ici 2023, dans chaque département, les initiatives locales innovantes seront valorisées et un colloque annuel sera organisé pour partager les bonnes idées, prévoit le ministère.

Développer la recherche, l’expertise et la surveillance en appui de la politique nutritionnelle

Au-delà de ces grands axes, le nouveau PNNS fixe des objectifs chiffrés pour réduire le surpoids et la dénutrition. De fait, « près de la moitié des adultes est en surpoids, dont 17 % obèses, et les inégalités sociales et territoriales restent très marquées : 4 fois plus d’enfants d’ouvriers que d’enfants de cadres sont obèses », rappelle le ministère des Solidarités et de la Santé. Pour répondre à cet enjeu, les 55 actions du PNNS visent à atteindre, en 5 ans, les objectifs de santé définis par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) portant, notamment, sur le statut nutritionnel des enfants et des adultes et les recommandations en matière d’alimentation et d’activité physique. En particulier :

  • Diminuer de 15 % l’obésité et stabiliser le surpoids chez les adultes ;
  • Diminuer de 20 % le surpoids et de l’obésité chez les enfants et les adolescents ;
  • Réduire le pourcentage de personnes âgées dénutries vivant à domicile ou en institution de 30 % au moins pour les plus de 80 ans.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum