Les grandes villes pour une responsabilité partagée de la politique de santé

Santé

Les grandes villes et agglomérations demandent « une responsabilité partagée entre l’État et les collectivités territoriales sur la politique de santé », pour tirer les leçons de l’épidémie de Covid-19.

Face à l’urgence, les territoires « se sont entièrement engagés pour garantir la cohésion sociale et territoriale, l’accès aux soins, le secours aux plus vulnérables et aux plus démunis », écrivent France Urbaine et l’Association des communautés de France (AdCF) dans une contribution commune au Ségur de la santé.

Elles appellent « à une gouvernance sanitaire de proximité », « à même de garantir à tous l’accès à une santé de qualité, de renforcer le maillage sanitaire par les coopérations territoriales et de structurer les synergies entre la médecine de ville, l’hôpital et le secteur médico-social, public comme privé ».

Les élus urbains plaident pour « une responsabilité partagée » entre l’État et les collectivités « pour accompagner les évolutions nécessaires du système de santé, mis à rude épreuve par la crise de Covid-19 ».

Le Ségur de la santé initié par le gouvernement doit notamment permettre d’« articuler davantage les périmètres de l’administration sanitaire avec ceux des collectivités locales pour une meilleure cohérence territoriale et des coopérations réellement efficaces », font-ils valoir.

Il doit traduire ces coopérations « dans des gouvernances territorialisées et intégrées qui permettent aux collectivités locales d’accompagner les soignants ». Et de généraliser « les contrats locaux de santé dans tous les bassins de vie avec des appuis en ingénierie conséquents ».

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2020

Posté le par

Recommander cet article