Les systèmes d’information hospitaliers (SIH) au cœur des réflexions ministérielles

Santé

La DGOS vient de publier son rapport d’activité 2013 du programme Hôpital numérique 2012-2017.

Le programme Hôpital numérique

La direction générale de l’offre de soins (DGOS) vient de publier son rapport d’activité 2013 du programme Hôpital numérique 2012-2017. La DGOS relève un « ancrage institutionnel croissant » des systèmes d’information hospitaliers (SIH) dans les politiques publiques de santé. Elle cite une prise en compte du programme Hôpital numérique dans les politiques régionales de santé portées par les agences régionales de santé (ARS) et dans les contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens (CPOM), et une intégration « effective » des indicateurs du programme dans la certification des établissements de santé par la Haute autorité de santé (HAS).

Le référentiel de compétences SIH

Parmi les réalisations 2013, la DGOS évoque l’élaboration et l’expérimentation auprès de quelques établissements d’un référentiel de compétences SIH. Ce référentiel recense, à destination des cadres essentiellement, les compétences nécessaires a minima pour appréhender ce qu’est le système d’information. Il s’agit d’un ensemble de fiches décrivant les activités SI et les compétences afférentes des trois populations concernées par le système d’information :

  • les professionnels de la direction des systèmes d’information (DSI),
  • les utilisateurs du système d’information,
  • les professionnels.

Cette connaissance vise à permettre aux DRH et DSI de constituer en connaissance de cause des équipes projet SI pluridisciplinaires sur la base de compétences détenues ou à acquérir, et d’élaborer les plans de développement des compétences collectifs ou individuels. Pour exemple, le guide définit le profil, les compétences nécessaires, les missions d’un responsable conduite du changement ou d’un responsable qualité projet du SI.

Ce référentiel devrait constituer un point de départ des travaux d’adaptation des cursus de formation (initiale et continue) des professionnels de santé sur le volet SI.

Un guide sur la mutualisation et l’externalisation des SI

Un autre guide a également été réalisé et publié par l’Anap, pour aider les réflexions des décideurs en établissements sur la mutualisation ou l’externalisation de leur système d’information (communautés hospitalières de territoire, fusions hospitalières).

L’externalisation est un service hébergé par un industriel externe au donneur d’ordre : le décideur hospitalier confie donc à une société extérieure ses prestations relatives au système informatique ou plus en amont à tout ou partie du système d’informations.

Une charte de bonnes pratiques

Enfin, dans le cadre de la mise en œuvre d’un dispositif d’homologation des solutions informatiques hospitalières, la délégation à la stratégie des systèmes d’information de santé (DSSIS) a conduit en 2013 une concertation entre les représentants des établissements de santé et ceux des industriels du secteur pour définir une charte de bonnes pratiques préfigurant un référentiel de bonnes pratiques industrielles. La construction des référentiels (bonnes pratiques et fonctionnel) est prévue en 2014 et leur déploiement à partir de 2015.

Dans ce même cadre, un référencement des éditeurs de logiciels et intégrateurs du marché de la santé (RELIMS) recense 227 sociétés et 544 logiciels.

Au travers de ces rapports et guides, un cadre national est donc mis en place pour une connaissance et une reconnaissance des SI au sein des hôpitaux.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum