Une nouvelle campagne d’information sur les soins palliatifs et la fin de vie

Santé

Le ministre des Solidarités et de la Santé invite les Français à réfléchir à leur fin de vie et à rédiger des directives anticipées.

« La fin de vie, et si on en parlait ? ». À l’occasion de la Journée mondiale des soins palliatifs, le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie a lancé le 14 octobre, à la demande du ministère des Solidarités et de la Santé, une nouvelle campagne nationale d’information destinée, à la fois, au grand public et aux professionnels. En effet, si la première campagne, menée en 2017, a permis de faire progresser la connaissance par les Français de leurs droits en matière de fin de vie, ils sont encore 40 % à ne pas connaître l’existence d’une loi sur la fin de vie ! Le  gouvernement espère donc toucher davantage de personnes et invite les Français à réfléchir à leur fin de vie, en parler avec leurs proches et/ou avec les professionnels, et, s’ils le souhaitent, à rédiger des directives anticipées.

Cette nouvelle vague d’information poursuit un double objectif d’interpellation et de mémorisation. Fort du succès de la campagne de publicité télévisée de 2017, le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie la rediffuse jusqu’au 15 novembre sur les chaînes du groupe France Télévision et sur BFM TV. Cette campagne doit permettre de toucher 72 % des 50-70 ans en moyenne 4 fois, estiment ses promoteurs. Le spot TV permet d’installer un même outil de dialogue pour les Français et les professionnels de santé. Ces derniers pourront ainsi sensibiliser leurs patients en leur parlant de la campagne. Le spot met en scène l’une des attitudes les plus fréquentes face à la fin de vie à travers des situations théâtralisées : plusieurs personnes trouvent, symboliquement, une manière d’éviter le sujet. Cela permet de dédramatiser le sujet et d’interpeller, grâce à une mise en scène qui assume un léger décalage. Le tout souligné par une signature de campagne qui ouvre la porte à la réflexion ou au dialogue : « La fin de vie, et si on en parlait ? ».

Pour l’occasion, le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie inaugure un nouveau site internet adapté à tous les publics, quel que soit leur âge. Son objectif : informer les Français à travers une plate-forme unique et rendre l’information fiable accessible à tous. Pour le gouvernement, ce site doit devenir « l’outil de référence d’information sur les soins palliatifs et la fin de vie. » Afin de le faire connaître aux internautes, la campagne comporte un volet de communication digitale : des articles publicitaires dans des newsletter d’actualité, ainsi qu’une campagne Google Ads et Bing sur des mots clés sélectionnés (fin de vie, directives anticipées, personne de confiance, soins palliatifs…). La campagne digitale comprendra la diffusion du spot TV et des vidéos d’experts en pré-roll sur Youtube et sur des sites d’actualité, ainsi que sur Facebook et Twitter. Durant toute la campagne 2018, le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie animera sa page Facebook pour mieux informer les Français sur les droits et les dispositifs relatifs à la fin de vie, et favoriser le dialogue sur un espace ouvert et modéré. Des vidéos, des infographies, des vrai/faux, seront repris dans des publications jusqu’à fin décembre.

La campagne propose également des outils spécifiques pour accompagner les professionnels de santé. En effet, une étude menée en février 2018 par le Centre a révélé que 15 % des médecins généralistes ne savent toujours pas qu’une loi sur la fin de vie existe. À l’occasion de cette deuxième vague d’information, le Centre lance donc une campagne pour accompagner les professionnels de santé les plus « proches » : médecins généralistes, infirmiers et aide-soignants. Celle-ci comporte notamment :

  • Un partenariat avec le Quotidien du Médecin pour informer les médecins et mettre à leur disposition un poster à afficher dans leur salle d’attente ;
  • Une campagne publicitaire (bannières) sur aide-soignant.com, sur infirmiers.com et sur Vidal News.
    Parce que les professionnels de santé peuvent ne pas être très à l’aise pour entamer le dialogue avec leurs patients, le Centre national a aussi réalisé des courtes vidéos mettant en scène des dialogues entre médecins/malades. Face à deux comédiens interprétant différentes personnes en proximité de fin de vie, cinq courtes scénettes ont été filmées, avec cinq médecins de spécialités différentes. Enfin, un MOOC (Massive Open Online Course) sur le sujet devrait voir le jour en 2019.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum