Nice : Christian Estrosi réforme sa police municipale, première de France en effectif

Sécurité

La police municipale de Nice, la première de France en effectif, sera réformée en profondeur l’an prochain pour accroître le nombre d’agents qui sera porté à 550 par des recrutements et déployer une présence plus importante sur le terrain, a annoncé vendredi 9 décembre la mairie.

« Le dispositif actuel conduit à des variations trop importantes en terme d’effectif disponible. Il est donc de mon devoir de vous en demander plus », a exposé Christian Estrosi devant des dizaines de policiers municipaux niçois réunis à l’Hôtel de ville.

M. Estrosi est toujours aux commandes de sa ville où il a été élu en 2008 bien qu’il n’en soit plus formellement le maire depuis 2016 à la suite de son élection à la tête de la région Paca. Il est premier adjoint à la sécurité.

Il a annoncé une refonte des multiples grilles horaires qui seront ramenées de sept à trois et le passage à un week-end de repos sur trois, au lieu de un sur deux depuis les années 1980.

La ville de Nice, déjà championne des caméras de vidéosurveillance, pourra ainsi déployer sur le terrain 130 à 230 fonctionnaires 7 jours sur 7, contre 60 à 90 aujourd’hui, a-t-il déclaré. « Vous serez récompensés de vos efforts », a-t-il ajouté, laissant entendre que les agents gagneront davantage.

D’ici la fin du premier semestre, les policiers municipaux recevront par ailleurs un nouvel équipement en pistolet semi-automatique 9 mm, tandis que 130 nouveaux collègues seront recrutés afin qu’au 1er septembre 2017, les abords de chaque école publique de Nice soient patrouillés par un agent, en remplacement du service de vigile mis en place à la rentrée 2016.

Les patrouilles doivent aussi être renforcées dans les parcs et jardins, en réponse à une demande des administrés apparue au travers d’un questionnaire soumis en septembre à la population. 2 200 personnes ont répondu sur 173 000 foyers fiscaux.

Au total, près de 7 millions d’euros de plus par an seront consacrés à la police municipale, en sus du budget actuel annuel de 29 millions d’euros, a précisé l’entourage de M. Estrosi.

« J’ai conscience des efforts supplémentaires que je vous demande en ces moments terribles que nous traversons », a déclaré M. Estrosi rappelant « avoir soutenu sans réserve » les policiers municipaux dans la polémique qui a opposé la mairie au gouvernement sur la sécurité et les effectifs policiers mobilisés le soir de l’attentat du 14 juillet qui a fait 86 morts sur la Promenade des Anglais.

« Vous avez, nous avons été injustement critiqués », a-t-il déclaré à l’adresse de ses policiers municipaux. « C’est la honte de la République française d’être représenté par un tel porte-parole », a-t-il ajouté en évoquant le « mépris » manifesté selon lui par l’ex-ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum