Menu actualité

Thématiques

Actualité

FPT : le nombre d’agents a reculé en 2020

Publié - par

Après trois années de hausse, le nombre d’agents de la fonction publique territoriale (FPT) a baissé en 2020.

FPT : le nombre d'agents a reculé en 2020

Sous l’effet de la crise sanitaire liée au Covid-19, le nombre d’agents de la fonction publique territoriale (FPT) a légèrement diminué en 2020, selon une récente étude de la Direction générale des collectivités locales (DGCL) du ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales (BIS n° 160, décembre 2021). Ainsi, au 31 décembre 2020, les collectivités locales employaient 1,96 million d’agents. Ce chiffre correspond à une baisse des effectifs de – 0,4 % en un an, contre une hausse de + 0,5 % l’année précédente. La plupart des régions administratives ont enregistré un recul ou une quasi-stabilité de leurs effectifs, observe la DGCL. En France métropolitaine, à l’exception de la Corse et les Pays de la Loire, qui ont connu chacune une hausse de + 0,9 %, le nombre d’agents par région, tous types de collectivités confondus, a varié de – 1,6 % (dans le Grand-Est) à + 0,1 % (en Bretagne et en Occitanie). Dans les DOM, seule la Martinique a des effectifs stables. Le nombre d’agents employés dans les autres départements d’Outre-mer a diminué.

À l’inverse, en 2020, la hausse de l’emploi des autres versants de la fonction publique s’est accélérée. La fonction publique hospitalière (FPH) a ainsi enregistré un accroissement de + 1,8 % du nombre de ses agents, après 0,3 % en 2019. Dans la fonction publique d’État (FPE), la hausse a atteint + 0,8 %, après + 0,1 % l’année précédente.

Hors contrats aidés, les effectifs de la fonction publique territoriale (FPT) ont baissé de – 0,2 %, après trois années de hausse (+ 0,9 % en 2019, + 0,8 % en 2018 et + 0,9 % en 2017). Au total, la diminution du nombre d’agents sous statut de fonctionnaire (- 0,9 %) n’a pas été complètement contrebalancée par la hausse des effectifs de contractuels (+ 3 %). Si l’on comptabilise les effectifs moyens de la FPT sur l’année et que l’on tient compte du temps de travail, les effectifs en équivalent temps plein sont en baisse de – 0,2 %. Hors contrats aidés, ils augmentent de + 0,1 %, commente la DGCL.

Des effectifs en baisse dans les communes, en hausse dans les intercommunalités

Le nombre d’agents dans les communes et leurs établissements a reculé (- 0,6 %, soit – 6 900 agents, après + 0,2 % hors commune de Paris en 2019). Dans les organismes intercommunaux, sa progression s’est nettement ralentie (+ 0,3 %, après + 3,5 %), en raison du moindre dynamisme de l’emploi dans les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre (+ 0,5 %, après + 4 % en 2019), constate l’étude. La baisse des transferts d’agents des communes vers les EPCI à fiscalité propre est particulièrement marquée. Ainsi, en 2020, les EPCI à fiscalité propre ont accueilli 5 000 agents venant des communes, contre 8 200 agents l’année précédente. En revanche, les flux d’emplois des EPCI à fiscalité propre vers les communes sont restés du même ordre de grandeur (3 000 en 2020 contre 3 400 en 2019). En outre, le nombre de sortants de la FPT issus des EPCI à fiscalité propre se révèle en forte hausse (28 400 contre 22 700 sortants en 2019), observe la DGCL, sans apporter d’explication.

Des évolutions d’effectifs contrastées dans les départements, en hausse dans les régions

Dans les organismes départementaux, les évolutions des effectifs ont été très variées selon le type de structure, même si, globalement, les effectifs s’y sont contractés de – 0,4 %. Seuls les services départementaux d’incendie et secours (SDIS) ont connu une hausse de leur nombre d’agents (+ 1,1 %, après + 1,9 % en 2019). Au contraire, l’emploi a chuté dans les centres de gestion (CDG) et le CNFPT, de – 9,5 %, soit une perte de 1 400 agents, après + 1,7 % en 2019. Cette baisse s’explique par le recul des effectifs du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) qui, en raison de la crise du Covid-19, n’a pas fait appel, en 2020, à ses intervenants extérieurs habituels (en particulier les formateurs dont le CNFPT est l’employeur principal), souligne la DGCL.

Au sein des départements, les effectifs ont baissé de – 0,2 %, après + 0,2 % en 2019. Dans les régions, les effectifs ont continué de croître (+ 2,1 %, après + 0,4 % l’année précédente).