Statut des agents fontainiers présents dans les collectivités territoriales

Statut

La question écrite n° 03999 du 22 mars 2018 est relative à la retraite des agents fontainiers présents dans les collectivités territoriales.

L’appartenance à la catégorie active de la caisse de retraite CNRACL ne peut résulter de la seule nomination du fonctionnaire dans un grade d’un cadre d’emplois. En conséquence, lorsque l’agent est nommé dans l’un des grades d’un cadre d’emplois, cette nomination doit s’accompagner d’une seconde décision de l’autorité territoriale qui précise l’affectation sur un emploi classé en catégorie active. Dès lors, les fonctions effectivement exercées au sein d’un même cadre d’emplois peuvent donner accès ou non, selon leur nature, aux avantages liés à la catégorie active, dont le bénéfice est apprécié par les services gestionnaires de la CNRACL. À cet égard, l’arrêté du 12 novembre 1969 prévoit notamment que certains emplois d’ouvriers, parmi lesquels figurent les glutineurs et filtreurs de la distribution des eaux, et les emplois d’égoutiers sont classés dans la catégorie active. Ces emplois correspondent dorénavant à ceux auxquels peuvent être affectés les adjoints techniques territoriaux par exemple. Hors ces cas particuliers, les emplois d’agents d’exploitation du réseau d’eau potable ne font pas expressément partie de la liste établie par l’arrêté précité, bien qu’ils puissent également être occupés par des adjoints techniques territoriaux.

 

Texte de référence : Question écrite n° 03999 de M. Patrice Joly (Nièvre – SOCR) du 22 mars 2018, Réponse du ministère de l’Action et des Comptes publics publiée dans le JO Sénat du 12 juillet 2018

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques