Paris, Rouen et Le Havre retiennent 20 projets pour « réinventer la Seine »

Urbanisme

20 projets ont été retenus par la mairie de Paris et les agglomérations de Rouen et du Havre dans le cadre d’un concours baptisé « Réinventer la Seine », ont annoncé les collectivités mercredi 19 juillet.

« Les projets retenus à Paris sont des projets autour, bien sûr, du loisir ou de la restauration, mais aussi pour d’autres activités artisanales », a résumé la maire PS de Paris Anne Hidalgo lors d’un point presse au Havre, citant l’exemple d’une barge-boulangerie sur la Seine.

Treize des projets retenus concernent Paris, deux Rouen et cinq Le Havre. Soixante-douze équipes au total étaient candidates. Les appels à projet avaient été lancés en mars 2016.

Parmi les projets havrais retenus, le nouveau maire LR du Havre Luc Lemonnier a jugé « particulièrement original », le projet Hangar 0, « un ancien hangar à café où l’on sent encore l’odeur du café » et qui accueillera des « initiatives solidaires artistiques et équitables ».

La plupart des projets ont pour base une barge déclinée en hôtel, restaurant, piscine flottante, ou lieu de vente de produits de l’agriculture urbaine. Ils devraient voir le jour d’ici trois à quatre ans, a précisé la ville de Paris à l’AFP.

« Certains » projets pourront rapporter de l’argent public puisqu’ils passent par la vente de propriétés qui appartiennent aux villes, à l’État ou au port, a précisé Mme Hidalgo, interrogée par l’AFP, assurant toutefois ne pas avoir de chiffres sur ce sujet.

Ce concours s’inspire de celui qui a été lancé à Paris en 2014, baptisé « Réinventer Paris ». 22 projets avaient été retenus.

Le Conseil national de l’ordre des architectes avait cependant vivement critiqué la procédure, affirmant que la plupart des équipes d’architectes qui concouraient n’avaient pas été défrayées par les promoteurs candidats.

Mme Hidalgo a affirmé, le mercredi 19 juillet, que la plupart d’entre elles l’avaient été pour « Réinventer Paris » et que la mairie s’était assurée que toutes l’avaient été pour « Réinventer la Seine ».

Comme il ne s’agit pas de commande publique, les mairies ne pouvaient juridiquement imposer aux acteurs privés, candidats, le défraiement des équipes concourantes, selon la mairie de Paris. Les projets ne reçoivent pas de subventions et doivent être autofinancés.

Le concours du même type, « Inventons la métropole du Grand Paris » lancé en février 2016, a permis de lever 6,3 milliards d’euros d’investissements privés, a ajouté Anne Hidalgo.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum