Les petites villes demandent au gouvernement de renforcer leurs moyens d’action

Administration

Les maires des petites villes appellent le gouvernement à consolider leurs moyens d’action, en abandonnant notamment « la facilité d’une vision purement comptable et court-termiste », dans une résolution diffusée lundi 4 juin.

« Certaines petites économies sont grandement coûteuses », écrivent les élus de l’Association des petites villes de France (APVF) qui ont tenu leurs assises la semaine dernière.

Ils mettent notamment en garde contre la réduction des emplois aidés, la fermeture de petites lignes ferroviaires ou la délocalisation de services publics, qui « à long terme, paupérisent les territoires périurbains et ruraux et précipitent la concentration des personnes et des richesses dans les grandes métropoles ».

Les maires appellent au contraire le gouvernement « à faire le pari de l’intelligence territoriale, en consolidant les moyens de l’action locale, en renforçant l’attractivité des petites villes et en favorisant l’engagement des citoyens » pour les communes.

Vendredi 1er juin, le Premier ministre Édouard Philippe avait plaidé pour une meilleure écoute des maires et des collectivités par le Parlement et l’exécutif, devant les assises de l’APVF réunies à Autun (Saône-et-Loire).

En matière de finances locales, l’association demande à l’État « plus de transparence, de lisibilité, de prévisibilité » sur les chiffres relatifs aux finances et à la fiscalité.

Pour compenser la suppression annoncée de la taxe d’habitation, elle demande « des garanties » pour que les communes conservent « l’autonomie financière que la Constitution leur reconnaît ». « Le transfert aux communes de l’intégralité de la taxe foncière sur les propriétés bâties, proposé par la mission Richard-Bur, constitue l’un des moyens pertinents de financer cette réforme », écrit l’association.

Pour renforcer l’attractivité des petites villes, elle prône par ailleurs « une réelle régulation tenant compte des besoins de chaque territoire » en matière de santé, la nécessaire revitalisation des centres-villes ou le renforcement d’urgence du réseau de téléphonie mobile.

En matière de transports, l’APVF demande au gouvernement « de prendre toute la mesure de l’importance des petites lignes ferroviaires du quotidien pour nos communes et de l’état de délabrement avancé du réseau actuel ».

L’APFV regroupe les élus des villes de 2 500 à 25 000 habitants et revendique près de 1 200 adhérents.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2018

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum