CRC de Lorraine : petit rappel de fondamentaux

Commande publique

La chambre régionale des comptes de Lorraine s’est penchée sur les finances du département de la Meuse pour les exercices 2005 à 2007.

Une partie de son rapport traite de la commande publique, certaines règles rappelées sont valables pour tous. Par exemple, dans un marché de travaux, les estimations préalables ne peuvent être aléatoires.

La nature et l’étendue des besoins doivent être déterminées avec précision « avant toute consultation de maîtrise d’œuvre conformément à l’article 5 du Code des marchés publics et à l’article 2 de la loi du 12 juillet 1985 relative à la maîtrise d’ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée, dite loi MOP […]. L’estimation doit être sincère. Il ne s’agit pas de sous-estimer un appel d’offres de manière à le rendre infructueux pour passer ensuite à un marché négocié […]
». Une estimation qui permet de choisir la procédure à mettre en œuvre et qui constitue un des repères de détection des offres anormalement basses ou élevées. L’avis de préinformation, lui, doit être envoyé au Journal officiel de l’Union européenne
(JOUE
) pour les marchés de plus de 750 000 euros HT pour les fournitures et les services et de plus de 5 150 000 euros HT pour les travaux. Ceci pas uniquement dans le cas où l’autorité administrative envisage d’avoir recours aux délais réduits de réception des offres. Il contiendra les mêmes renseignements que ceux de l’avis d’appel public à la concurrence (AAPC) si ces renseignements sont disponibles au moment de l’envoi. Les avis publiés au BOAMP
et au JOUE
doivent être, eux aussi, identiques.

Les modalités de financement doivent être mentionnées, même de manière succincte, dans les AAPC : nature des ressources publiques ou privées ou des contributions des usagers. Si ce n’est pas le cas, la procédure peut être entachée d’un manquement aux obligations de publicité et de mise en concurrence.

La personne publique doit tenir un registre d’enregistrement des offres. Les plis sont enregistrés au fur et à mesure de leur réception après avoir été numérotés. Dernier point, les critères d’analyse des candidatures fixés par le règlement de consultation et ceux appliqués par la commission d’appel d’offres doivent être identiques. Si ce n’est pas le cas, les candidats doivent en être avertis.

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques