Prestation de services non conforme : la rapidité s’impose

Commande publique

L’association des professionnels du droit public (APDP) a organisé, le 24 septembre, une conférence sur le contentieux dans les marchés publics de services.

Son président, l’avocat Cyril Laroche, rappelle certaines règles applicables dans le cas d’une prestation mal faite.

En cas de manquement grave, les deux CCAG prévoient la résiliation pour faute dont la résiliation aux frais et risques du titulaire qui implique que ce dernier paie le surcoût du nouveau marché à passer. Il faut désormais être prudent car le nouveau CCAG prévoit qu’elle doit être mentionnée dans le CCAP pour pouvoir être demandée. Ce nouveau marché doit avoir le même objet et courir sur la période du marché non exécuté. « L’acheteur a aussi des obligations : il doit payer la prestation », rappelle l’avocat. Si le prix lui convient, il lui faut payer dans les délais. Dans le cas contraire, il doit renvoyer la facture avec les prix corrigés dans un délai d’un mois pour les marchés passés avec l’ancien CCAG et de deux mois pour le CCAG 2009.

Au moment de la réception du marché, l’acheteur public doit « agir avec célérité », explique-t-il. Il ne dispose que de 15 jours à compter du service pour : vérifier la prestation, décider de la réceptionner et la notifier. Si, durant cette période, la prestation n’est pas notifiée, elle est considérée comme admise. Le titulaire pourra alors réclamer son paiement. Or « l’acheteur n’agit jamais dans les délais », poursuit l’avocat.

Si le service n’est pas effectué, l’acheteur peut constater un préjudice et demander réparation. Dans le cas où il chiffre le préjudice, il peut émettre un titre exécutoire. Le titulaire doit payer ou peut faire opposition dans les deux mois, « ce qui a un effet suspensif le temps que le juge statue sur l’opposition. Il faut attendre de deux ans et demi à trois ans ». Bien sûr, les pénalités prévues dans le marché peuvent être appliquées. Cependant, « l’acheteur ne peut les infliger que s’il a mis en demeure le titulaire. Il faut un document précis, sinon les pénalités peuvent être entachées de vice de forme et annulées ». Aussi doivent être clairement stipulés : le manquement reproché et le délai raisonnable pour exécuter les obligations. Il faut également mentionner qu’en cas de non exécution, des pénalités s’appliqueront. Bien sûr, l’acheteur doit pouvoir tout prouver. « Un dispositif qui vaut pour les pénalités sauf celles de retard pour lesquelles la mise en demeure n’est pas obligatoire », rappelle l’avocat. Autre garde-fou : « le montant des pénalités vient d’être modulé par le juge administratif dans un cas où elles étaient très importantes », termine-t-il.

L'analyse des spécialistes

  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Les DGS entre transformation et statu quo Statut

    Les DGS entre transformation et statu quo

    10/07/19
    Le projet de loi de transformation de la fonction publique a consacré une large place aux directeurs généraux des services (DGS). Pourtant, malgré l'objectif visé de diversifier les profils par l'extension du recours aux contractuels dans les communes et les EPCI à fiscalité propre, la réforme n'a pas permis de clarifier les missions des DGS. Ce nouveau texte suscite deux types de tensions. D'une part, entre statutaires et contractuels puisque les premiers craignent des risques d'atteinte au statut de la fonction publique territoriale en raison de l'extension du recours aux seconds. D'autre part, les maires et les présidents d'EPCI n'ont pas accepté de transférer une partie de leurs compétences de gestion des personnels au profit des DGS.
  • Tous les articles juridiques