Un marché ne peut être attribué à une entreprise ne disposant pas d’un agrément obligatoire

Commande publique

Une entreprise, qui ne détient pas un agrément obligatoire imposé par le Code de l’environnement pour exercer une activité particulière, ne peut être retenue comme titulaire d’un marché public.

En l’espèce, l’entreprise retenue ne disposait pas d’un agrément pour l’exercice d’une activité de découpe de déchets. Une société écartée, qui était la seule détentrice de cet agrément, a été privée d’une chance sérieuse d’obtenir le marché. Elle a droit à l’indemnisation de l’intégralité du manque à gagner en résultant pour elle, incluant les frais de présentation de l’offre, mais excluant le remboursement des frais généraux qui seraient affectés à ce marché. Ce manque à gagner doit être déterminé non pas en fonction du taux de marge brute constaté dans son activité mais en fonction du bénéfice net que lui aurait procuré le marché si elle l’avait obtenu.

 

Texte de référence : CAA de Bordeaux, 4e chambre – formation à 3, 1er juin 2017, n° 15BX01558, n° 15BX01882, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • Le droit à indemnisation des agents publics hospitaliers privés illégalement de garde Santé

    Le droit à indemnisation des agents publics hospitaliers privés illégalement de garde

    14/10/19
    Par un arrêt n° 410724 du 26 juillet 2018, le Conseil d'État a rappelé que si l'exercice d'astreintes ne saurait constituer un droit, un agent illégalement privé de ses gardes peut être indemnisé de la perte financière subie, du fait de son exclusion d'un dispositif de garde.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #7 Urbanisme

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #7

    30/09/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Vers une clarification du Code électoral ? Élus

    Vers une clarification du Code électoral ?

    18/09/19
    Prohiber la tenue de réunions électorales le samedi veille de scrutins, interdire d’inscrire sur un bulletin de vote le nom d’une personne qui n’est pas candidate et codifier l’interdiction de modifier les circonscriptions électorales dans les douze mois précédant un scrutin sont parmi les innovations d’une proposition de loi n° 385, adoptée par le Sénat le 26 juin 2019 et actuellement en discussion à l’Assemblée nationale (proposition de loi n° 2078).
  • Tous les articles juridiques