Bordeaux distribue le surplus des cantines scolaires à des associations d’aide alimentaire

Développement durable

Lutte contre le gaspillage, soutien aux associations d’aide alimentaire, limitation des biodéchets, renforcement du lien social sont les objectifs de l’initiative bordelaise.

Malgré une gestion précise des commandes, les 70 000 repas livrés chaque semaine dans les écoles de Bordeaux produisent des excédents. En juin dernier, la commune a expérimenté une procédure pour donner les denrées encore consommables à une association proche d’un groupe scolaire, qui en fait bénéficier des familles sans logement, logées à l’hôtel ou hébergées d’urgence. Outre la lutte contre le gaspillage alimentaire, elle souhaitait ainsi favoriser le lien social en permettant à des familles de confectionner leurs repas, et sensibiliser les agents et les enfants au développement durable.

Cette expérience ayant été concluante, une seconde école est entrée dans le dispositif en septembre. L’association récupère chaque jour de quoi assurer entre vingt et quarante portions à l’aide de produits divers (salades, fromages, yaourts, desserts) de très bonne qualité. Une fiche de liaison mentionnant les dates limite de consommation et la température des produits lors de la remise permet d’assurer la traçabilité des produits.

Trois semaines plus tard, la mairie a reconduit l’opération pour toute l’année scolaire 2015-2016, en augmentant le nombre d’écoles par association, et en passant des conventions avec d’autres associations pour mailler le territoire. À une condition : l’association et ses lieux d’accueil doivent pouvoir respecter la réglementation sanitaire et disposer d’un coin cuisine permettant de confectionner les repas.

Au préalable, la commune a enquêté auprès des écoles pour mesurer le gaspillage alimentaire, défini le cadre juridique lui permettant de céder des aliments à un tiers et identifié les partenaires associatifs sur son territoire. Le dossier et le projet de convention ont fait l’objet d’une délibération au conseil municipal. Les agents et l’association se sont réunis à l’école pour définir les modalités pratiques : transport, transfert de responsabilité, jours et horaires de cession, établissement de la fiche de transfert, identification des intervenants…

Le projet, qui associe trois directions de la ville (éducation ; contrôles d’hygiène sécurité et suivi de la restauration collective ; affaires juridiques) et le centre communal d’action sociale (CCAS), est porté par l’élue à l’Éducation, présidente du syndicat intercommunal à vocation unique (Sivu) en charge de la restauration scolaire.

Cette initiative, pour laquelle Bordeaux a reçu un prix Territoria d’or 2015 dans la catégorie « développement durable », fin novembre, présente en outre l’avantage de ne pas occasionner de coûts de fonctionnement supplémentaires. La commune devrait maintenant nouer un partenariat avec la banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde, qui collecte les denrées pour un réseau d’associations, afin de donner davantage d’ampleur à l’opération.

 

Martine Courgnaud – Del Ry

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum