Gérer le ruissellement pluvial

Développement durable

La gestion des inondations par ruissellement est peu fréquente et peu efficace. Un guide sensibilise les communes et leur donne des clefs pour mieux gérer ces phénomènes dévastateurs.

Plus de sept communes sur dix ont déjà subi une inondation due au ruissellement. Tout le territoire national est concerné. Liés à des pluies intenses et localisées particulièrement destructrices, ces événements coûtent des millions d’euros, dégradent l’environnement, et entraînent souvent des décès.

En effet, en cas de sol saturé et sans obstacle, les eaux peuvent monter en quelques minutes. L’accroissement des surfaces imperméabilisées augmente le risque. « Certaines collectivités ont compris depuis des années que leurs incessantes inondations par ruissellement pouvaient être partiellement réduites ou maîtrisées en adoptant une stratégie globale et transversale de gestion des eaux pluviales et d’aménagement du territoire », constate Marie-France Beaufils, présidente du Centre européen de prévention du risque d’inondation (Cepri).

Les réseaux d’assainissement ne suffisent pas à absorber les eaux de ruissellement. En ville, le ruissellement pose un problème lorsqu’il dépasse les capacités d’évacuation du réseau de drainage et provoque alors une inondation, et la trajectoire des eaux y est plus difficile à repérer. En milieu rural, c’est lorsqu’il contribue à l’érosion des terres ou occasionne des coulées de boue susceptibles d’atteindre des aires agricoles ou urbaines.

Violent et soudain, le ruissellement s’accompagne souvent de débordement de cours d’eau, glissements de terrains, coulées de boue. Conséquences : impossibilité de prévenir et d’évacuer les habitants, coupures de réseaux (électricité, eau potable, eaux usées) nuisant au fonctionnement des établissements de soin et dégradant l’hygiène et la santé, exposition aux produits charriés par les eaux ruisselées (phytosanitaires, métaux lourds…), déversement d’eaux souillées dans les rues et les logements, exposition à des dépôts de boues et à un fort taux d’humidité (nuisibles, moisissures…). Il a également un impact économique, crée diverses pollutions et dégrade le patrimoine.

Le Cepri vient de publier un guide pour sensibiliser et aider les communes à mieux gérer les ruissellements*. Il ne fournit pas de solution clef en main, mais propose des stratégies de gestion et  décrit les outils dont disposent les collectivités pour se préparer. En particulier, l’adaptation urbaine, en vue de réduire l’aléa à la source ou faire face aux conséquences : multifonctionnalité des espaces notamment.

Le financement de la gestion des inondations par ruissellement reste un obstacle majeur. La plupart des communes doivent financer la gestion des eaux pluviales sur leur budget général. Or, la loi de finances 2015 (article 20) a supprimé la taxe sur la gestion des eaux pluviales et abrogé la section 15 du CGCT (articles L. 2333-97 à L. 2333-101) traitant de ce sujet. Un projet de décret est en consultation publique.

 

Marie Gasnier

* Source : Gérer les inondations par ruissellement pluvial, Cepri, janvier 2015

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum