Crise à l'Opéra de Saint-Étienne: la mairie détaille les "dysfonctionnements"

Droits et obligations

La mairie de Saint-Étienne a détaillé mercredi 21 mai les « dysfonctionnements » justifiant la tenue d’une enquête administrative sur l’Opéra Théâtre de la ville, à l’occasion de la présentation de sa saison 2014-2015.

« Deux dysfonctionnements lourds nous ont été signalés à notre arrivée », a expliqué à la presse l’adjoint au nouveau maire UMP chargé de la Culture, Marc Chassaubéné, après plus de deux semaines de crise à l’Opéra Théâtre. Ce sont ces griefs – et non la gestion financière décriée de l’institution – qui ont « motivé la suspension » fin avril de neuf cadres, dont quatre ont été réintégrés depuis, a assuré M. Chassaubéné.

L’élu a d’abord évoqué des problèmes de « ressources humaines » dénoncés « par plusieurs délégations syndicales et plusieurs pétitions », avec des « pressions de la direction » et des « tentatives de suicide au sein du personnel ». Il a également fait état de problèmes techniques – un dysfonctionnement dans la commande informatique des cintres – laissant craindre une « mise en danger du personnel » en cas d’accident.

Une expertise menée lundi et mardi a montré, selon ses conclusions provisoires, que « le matériel était défectueux mais ne faisait pas courir de danger de mort », le responsable technique ayant pris « des mesures adaptées », a-t-il précisé.

L’enquête devra aussi se pencher sur les difficultés financières de l’Opéra, qui a enregistré « un dépassement de budget d’environ un million d’euros » sur les trois derniers exercices, ainsi que sur « l’impréparation des saisons », faute de contrats signés en amont.

La crise à l’Opéra a culminé samedi avec la démission de l’un des cadres suspendus, Laurent Campellone, qui dirige l’orchestre symphonique depuis 2003.

La mairie n’a pas encore avalisé sa décision, voulant s’assurer auprès de son avocat qu’il a mûrement réfléchi et n’a pas agi « par désarroi », selon l’adjoint aux Ressources Humaines, Michel Béal.

Conséquence de la situation, Marc Chassaubéné a présenté lui-même la saison 2014-2015 marquée par cinq opéras – « Fortunio » d’André Messager, « Don Pasquale » de Gaetano Donizetti, « La Clémence de Titus » et « La Flûte Enchantée » de Mozart, et « Le Marchand de Venise » de Reynaldo Hahn.

La mairie s’est interdit de toucher à cette programmation, même si « certaines distributions risquent d’être modifiées », faute de contrats signés en amont avec les artistes, a averti l’adjoint à la Culture.

En revanche, la nouvelle municipalité « a choisi d’intervenir beaucoup sur 2015-2016 pour avoir une saison de grande qualité, et financièrement la plus raisonnable possible », a poursuivi M. Chassaubéné. Deux pistes d’économies sont à l’étude : des « prêts de productions proposées par d’autres opéras », et le recours à d’anciennes « productions maisons, dont on a déjà les droits, les décors et les costumes », a-t-il précisé.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques