Intérêt général et refus de protection fonctionnelle en raison de l'intérêt général

Droits et obligations

Il incombe à une administration d’accorder sa protection fonctionnelle à un agent qui la demande, sauf s’il a commis une faute personnelle ou qu’un motif d’intérêt général ne s’y oppose.

Le conseil d’État a jugé que l’existence d’un climat gravement et durablement conflictuel au sein d’un service, qui résultait au moins pour partie du comportement de cet agent, et le fait que l’action en diffamation engagée par celui-ci ne pouvait qu’aggraver ce climat, était susceptible d’avoir une incidence sur la qualité des soins assurés par l’établissement, et constituait ainsi un motif d’intérêt général sur lequel l’administration a pu se fonder pour refuser la protection fonctionnelle.

 

Texte de référence : Conseil d’État, 5e et 4e sous-sections réunies, n° 336114, 26 juillet 2011

L'analyse des spécialistes

  • Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe Intercommunalité

    Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe : quelles conséquences ?

    04/01/18
    La loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale pour la République (dite loi « NOTRe ») attribue, à titre obligatoire, les compétences « eau » et « assainissement » aux communautés de communes et aux communautés d’agglomération, à compter du 1er janvier 2020.
  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Tous les articles juridiques