Licenciement après un congé de maternité

Droits et obligations

Lors d’un licenciement après un congé de maladie, les agents publics bénéficient de la même protection que ceux du privé en vertu d’un principe général du droit directement inspiré par ces dispositions du Code du travail.

Pendant les quatre semaines suivant le congé de maternité, aucun licenciement ne peut être prononcé sauf s’il est justifié par la faute grave ou l’impossibilité de maintenir le contrat pour un motif étranger à l’accouchement.

Selon la Cour de cassation, cette période de quatre semaines dite de « protection relative » est suspendue par la prise des congés payés. Son point de départ est donc reporté à la date de la reprise du travail par la salariée.

Les agents publics bénéficient de cette même protection en vertu d’un principe général du droit directement inspiré par ces dispositions du Code du travail.
 

Texte de référence : Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 30 avril 2014, n° 13-12.321, Publié au bulletin

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques