Le renoncement à recruter un agent peut constituer un préjudice

Droits et obligations

Une collectivité peut retirer une décision de recrutement tant que l’emploi n’est pas créé sans avoir à indemniser un candidat initialement retenu pour le poste. L’autorité engage toutefois sa responsabilité si elle donne trop « d’assurances » de nomination à l’intéressé.

Dans cette affaire, le maire de la commune de Sadirac (Gironde, 3 047 habitants), a informé un agent qu’il renonçait à le recruter quinze jours seulement après lui avoir communiqué que sa candidature à l’emploi d’agent du patrimoine au musée municipal de la poterie était retenue. S’estimant lésé, l’agent a demandé au juge administratif à être indemnisé à hauteur de 26 305,64 euros en réparation de l’ensemble des préjudices imputables à cette décision.

Intention de recruter

La cour administrative d’appel de Bordeaux a considéré qu’il résultait bien « des mesures de publicité effectuées » auprès du centre départemental de gestion de la Gironde et auprès de l’ANPE et « de la lettre adressée » à l’agent, « que l’intention du maire était de recruter un collaborateur pour occuper un emploi d’agent du patrimoine ».

Défaut de création de l’emploi

La nomination à cet emploi ne pouvait toutefois légalement intervenir « qu’après la création d’un tel emploi au tableau des effectifs de la commune par un vote du conseil municipal ». Sauf que celui-ci a refusé de procéder à cette création. Dès lors, a estimé le juge d’appel, le maire de Sadirac, en rapportant sa décision de recruter l’agent en question, « n’a pas commis d’erreur de droit ».

Pas d’indemnités de licenciement

La décision susvisée du maire ne peut alors pas être regardée comme un licenciement « dès lors que le contrat de travail n’était pas formé » et que l’agent « ne justifie pas avoir travaillé pour le compte de la commune ». Par suite, l’intéressé ne peut prétendre ni au versement d’une indemnité de préavis ni au paiement d’une indemnité de licenciement résultant de la rupture de ce contrat.

Préjudice résultant d’une promesse non tenue

Malgré tout, le maire ayant donné à l’individu concerné « des assurances expresses quant à sa nomination qui se sont révélées inexactes », il a commis une faute de nature à engager la responsabilité de la commune. Le requérant est donc fondé à demander à être indemnisé du préjudice moral résultant de la promesse non tenue que le juge a estimé à 1 500 euros, à la charge de la commune.

 

Franck Vercuse

 

Texte de référence : CAA de Bordeaux, 9 février 2010, requête n° 09BX01253

L'analyse des spécialistes

  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • La mise en œuvre d'un intéressement collectif comme rémunération dans fonction publique est-elle vraiment possible ? Rémunération

    La mise en œuvre d’un intéressement collectif comme rémunération dans la fonction publique est-elle vraiment possible ?

    03/04/18
    « On va essayer de travailler à une nouvelle rémunération des agents publics fondée sur le mérite ». Telle est l’une des déclarations faites par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics sur les antennes de BFMTV - RMC le 19 février dernier. Si elle est dans l'air du temps, la question d'une rémunération « au mérite » des agents publics n’est pas nouvelle. Par le passé déjà, plusieurs gouvernements ont relancé cette idée d'introduire davantage de « mérite » dans la rémunération des fonctionnaires.
  • Tous les articles juridiques